20 Mars 2017

Afrique: Francophonie - Les étapes de la construction du «Commonwealth à la française»

Photo: OIF
Francophonie

La Francophonie, « le Commonwealth à la française », telle qu'aimait à l'appeler Léopold Sédar Senghor, possède aujourd'hui une dimension planétaire et un statut internationalement reconnus. Pourtant, l'idée même de regrouper des pays francophones au sein d'une communauté organique a mis plusieurs siècles à germer. Paradoxalement, il aura fallu attendre la décolonisation pour qu'une communauté de la langue française soit rendue possible et se mette en place.

Retour sur les étapes marquantes de la construction de cette organisation hétérogène et unique au monde, disposant désormais de structures fonctionnelles et de leviers d'actions politiques concrets.

Francophonie ou francophonie ? Si l'on différencie de nos jours la Francophonie - en tant que dispositif institutionnel - de la francophonie - l'ensemble des locuteurs de français - cette distinction sémantique n'a pas toujours existé.

On doit sa définition originelle au géographe Onésime Reclus, qui dans son ouvrage France, Algérie et colonies, daté de 1886, introduit les francophones comme « tous ceux qui sont ou semblent être destinés à rester ou devenir participants de notre langue. »

Dans le cadre de sa réflexion sur le destin de l'empire colonial français, Onésime Reclus fait prédominer le critère linguistique au détriment d'un critère purement ethnique.

Le terme de francophonie est né dans une dimension proche de celle qu'on lui connaît actuellement. Cette innovation majeure supprime toute distinction de race et intègre ainsi les populations colonisées dans une définition englobante, où le français revêt un caractère universel.

Le développement de la francophonie et plus tard l'avènement d'une Francophonie sont ainsi intimement liés à la (dé)colonisation. L'hypothèse d'un rassemblement d'Etats francophones émerge après l'allocution du général de Gaulle en 1944 à Brazzaville, dans laquelle il évoque la « future gestion de leurs propres affaires » des pays colonisés. Pourtant le terme ne renaît véritablement que deux décennies plus tard, en 1962, suite à la parution du n° 311 de la revue Esprit.

L'acte de (re)naissance de la Francophonie : les pères fondateurs

Léopold Sédar Senghor, premier président de la République du Sénégal indépendant en 1960, y tisse les contours du concept moderne : « La francophonie, c'est cet humanisme intégral qui se tisse autour de la de la terre, cette symbiose des énergies dormantes de tous les continents, de toutes les races qui se réveillent à leur chaleur complémentaire. »

Ce numéro spécial, co-signé par des personnalités telles que Jean Lacouture ou Norodom Sihanouk, figure du mouvement des non-alignés et principal instigateur de l'indépendance du Cambodge, constitue indéniablement le texte fondateur de ce qu'est à l'heure actuelle la Francophonie.

Ce projet d'association francophone intergouvernemental est porté par des chefs d'Etat comme Habib Bourguiba, Hamani Diori ou Senghor, qui se fait le chantre de cette cause.

Ces dirigeants développent une réflexion commune autour du colonialisme et de ses conséquences. Ayant mené leurs pays respectifs à l'indépendance, ils rejettent radicalement toute forme d'impérialisme mais militent pour la conservation et la promotion d'un outil : la langue française.

La naissance même de l'idée de Francophonie est le fait de ces « pères fondateurs » qui tentent activement durant le début des années 60 de réunir les nations qui emploient le français comme « langue nationale, langue officielle ou langue de culture ».

C'est la teneur du discours de Senghor en juin 1966 à la conférence des chefs d'Etats de l'Organisation commune africaine et malgache (OCAM), où il est mandaté aux côtés d'Hamani Diori pour tenter de convaincre les pays francophones africains de participer à des projets de coopération, avant tout culturels.

Leurs efforts sont récompensés en février 1969 avec la tenue à Niamey d'une première conférence intergouvernementale des Etats francophones, puis d'une seconde l'année suivante.

Elle aboutit le 20 mars 1970, en présence d'André Malraux, à la signature par 21 pays d'une charte créant l'Agence de coopération culturelle et technique (ACCT), qui deviendra l'Agence intergouvernementale de la Francophonie avant de prendre son appellation actuelle, l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), en 2005. La date du 20 mars est devenue un symbole : elle est depuis 1988 celle de la Journée internationale de la francophonie.

L'unité linguistique au service de la diversité culturelle

La création de l'ACTT consacre ainsi la vision des « pères fondateurs ». Ses objectifs sont clairs : intensifier la coopération culturelle et technique entre les pays membres, réunis autour du partage d'une langue commune. La collaboration s'engage alors autour de domaines aussi variés que l'éducation, la formation, les sciences ou l'agriculture.

Mais la promotion d'une culture francophone va demeurer le cheval de bataille de l'agence et les initiatives dans ce sens fleurissent à partir des années 70 : partenariat avec le Fespaco, création du Fonds francophone de production audiovisuelle du Sud, développement des Centres de lecture et d'animation culturelle dans les zones rurales et les quartiers défavorisés. La diversité culturelle est portée par l'ACTT, opérateur principal de la Francophonie, et débouche sur la création en 1984 de TV5, « l'image » de la francophonie dans le monde.

Cinq chaînes de télévisions publiques s'associent alors.TF1, Antenne 2 et FR3 en France, la RTBF en Belgique et la TSR pour la Suisse romande, bientôt rejointes par le Consortium de Télévisions publiques Québec Canada, mettent en place un actionnariat commun. Aujourd'hui diffusée dans tous les continents et reçue par 291 millions de foyers dans le monde, TV5 Monde participe activement au développement et à la pérennisation de la langue française, en se faisant l'expression des multiples cultures francophones.

Dans un monde qui se globalise et où les enjeux s'internationalisent, le caractère proprement linguistique de la Francophonie disparaît progressivement au profit d'une dimension plus symbolique, tournée vers des valeurs et des croyances communes. C'est ainsi que la francophilie devient le critère prédominant à l'adhésion à la Francophonie, qui en s'institutionnalisant à partir du milieu des années 80, introduit le champ politique en son sein.

L'institutionnalisation de la Francophonie et le virage politique

L'introduction des sommets de la Francophonie à partir de 1986 consacre la montée en puissance de l'institution. Elle dote l'organisation d'une instance suprême, chargée de définir les grandes lignes d'action, les orientations souhaitées et les objectifs à atteindre à moyen terme. Le « Sommet des chefs d'Etat et de gouvernement des pays ayant le français en partage », à la manière du Conseil Européen, se réunit tous les deux ans dans le but d'instaurer une coopération multilatérale cohérente.

Elle permet surtout de doter l'institution d'organes permanents, qui préparent en amont la tenue des Sommets et veillent a posteriori à l'exécution des décisions prises par ceux-ci. Ces rôles sont assumés conjointement par la Conférence ministérielle de la Francophonie, qui se réunit un an avant et après chaque sommet - et à laquelle participent les ministres des Affaires étrangères ou en charge de la Francophonie de chaque membre - et par le Conseil permanent de la Francophonie, composé de représentants désignés par les Etats membres.

Le sommet de Dakar de 1989 est caractéristique de la direction politique que prend la Francophonie. Organisation aux régimes politiques divers, elle y revendique pourtant pour la première fois des valeurs démocratiques et établit des principes fondamentaux en matière de droits de l'homme et de libertés fondamentales. Pour se conformer à cette évolution, la Francophonie fait le choix d'instaurer un poste de Secrétaire général.

Elément central du système institutionnel francophone, le poste de Secrétaire général, est créé à l'occasion du sommet d'Hanoi en 1997. Elu pour un mandat de quatre ans, renouvelable une fois, il dispose de la charge de diriger l'opérateur principal de la Francophonie, aujourd'hui l'OIF. Le Secrétaire général assume principalement trois missions : il représente la Francophonie et assure sa visibilité sur le plan international, il met en œuvre la politique et la diplomatie de l'organisation et anime la coopération multilatérale tout en proposant en concertation avec les opérateurs de l'institution, les axes d'action prioritaires. Le premier Secrétaire général élu est l'Egyptien Boutros Boutros-Ghali, ancien secrétaire général des Nations unies. Cette figure des relations internationales contribue donne alors une légitimité certaine à l'organisation et renforce la place de la Francophonie sur le plan mondial. Ce même sommet aboutit sur la Charte de la Francophonie, devenue le principal texte de référence.

Dimension internationale et actions concrètes

La mise en place de structures et de concertations politiques au plus haut niveau donne à l'organisation la possibilité d'élargir son champ d'actions et sa présence à l'international. La Secrétaire générale actuelle, Michaëlle Jean, qui a succédé à Abdou Diouf en 2014, successeur lui de Boutros-Boutros Ghali, est désormais relayée par quatre représentations permanentes auprès des Nations unies, de l'Union Européenne, de l'Union africaine et de la Commission économique pour l'Afrique (CEA) ainsi que par plusieurs bureaux généraux répartis sur quatre continents.

Elle s'appuie de plus sur les services de la Délégation aux droits de l'homme et à la démocratie (DDHD), observatoire permanent en charge d'un bilan annuel sur l'état de ces problématiques au sein de la Francophonie. Disposant d'un rôle d'expertise, la délégation permet le déclenchement d'actions politiques concrètes. Au fil des années, la Francophonie s'est dotée d'outils lui permettant d'agir spécifiquement sur des gestions de crises et de conflits, sur l'organisation et la gestion d'élections et d'intervenir dans des opérations de maintien de la paix.

L'OIF intervient désormais dans plusieurs zones, principalement en Afrique, et veille notamment à la prévention de conflits et à la résolution de crises institutionnelles. La déclaration de Bamako de novembre 2000 marque une nouvelle étape : elle réaffirme que « démocratie et Francophonie sont indissociables » et offre une possibilité accrue d'intervention dans le champ politique. Elle condamne fermement les coups d'Etats et instaure une grille de sanction graduelle pouvant mener à l'exclusion d'un membre en cas de manquements aux principes démocratiques (non-respect de l'Etat de droit, des droits de l'homme, ... ) Avec cette déclaration, l'organisation se munit d'instruments concrets de mise en œuvre de ses principes et renforce sa position de médiateur et de conciliateur dans le jeu politique international.

En se dotant de moyens adaptés à son statut politique, l'OIF avalise sa transformation et confirme sa dimension pluridisciplinaire et supra-étatique. Son objectif originel de promotion et de diffusion de la culture francophone, portée par quatre opérateurs directs (Agence universitaire de la francophonie, TV5Monde, l'université Senghor d'Alexandrie et l'Association internationale des maires francophones) est désormais intégré dans un ensemble plus large, aux fonctions multiples.

Les premiers Jeux de la Francophonie en 1989 ainsi que la conférence francophone des organisations internationales non gouvernementales introduisent la société civile dans une organisation qui revendique à l'heure actuelle 58 membres, 26 pays observateurs et 4 Etats associés pour un total de 900 millions d'habitants.

Quels défis pour les années à venir ?

La Francophonie se présente comme une mosaïque linguistique, culturelle et politique. Associant des pays aux clivages économiques importants, elle demeure une entreprise paradoxale et unique en son genre. Elle se doit dans les années à venir de répondre à des défis de taille alors même que nombre de ses membres sont empêtrés dans des crises électorales et continuent à bafouer les droits de l'homme et les libertés. Son combat pour l'enracinement de la démocratie et de l'Etat de droit ne pourra se faire sans des échanges et une coopération accrus entre les acteurs qui la composent.

« Le succès de la Francophonie dépendra de l'efficacité des structures et des hommes qui prennent en charge l'accomplissement du projet. » La vision de Senghor semble plus que jamais d'actualité.

La Francophonie en 5 dates

1886 : Le géographe français Onésime Reclus lance le néologisme « francophonie » dans son ouvrage France, Algérie et colonies.

20 mars 1970 : Création de l'Agence de coopération culturelle et technique (ACCT), sous l'impulsion des « pères fondateurs ». Devenue un symbole, cette date est désormais célébrée comme la Journée Internationale de la Francophonie.

1986 : Instauration des Sommets de la Francophonie, qui se réunissent en principe tous les deux ans. Ils définissent les grandes lignes et orientations de la Francophonie. C'est la capitale malgache qui a accueilli en novembre 2016 le dernier sommet.

1997 : Création du poste de Secrétaire général à l'occasion du sommet d'Hanoï. Le Secrétaire général qui représente la Francophonie, est élu par les chefs d'Etat et de gouvernement pour un mandat de quatre ans renouvelable une fois. Michaëlle Jean, la Secrétaire Générale actuelle, a pris les rênes de l'organisation francophone en 2014, succédant au Sénégalais Abdou Diouf (2002-2014). Le premier fut l'Egyptien Boutros Boutros-Ghali (1997-2002).

Novembre 2000 : La déclaration de Bamako réaffirme les principes démocratiques de la Francophonie et instaure des instruments concrets d'actions politiques.

En savoir plus

La Francophonie a le vent en poupe au pays

Ce lundi 20 mars est la Journée internationale de la francophonie. De langue officielle anglaise, le Nigeria et… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.