20 Mars 2017

Maroc: Claude Barras, réalisateur de "Ma vie de courgette''...

interview

''Pour les besoins du film, j'ai fait trois semaines de stage immersif dans un foyer pour enfants''

Votre film "Ma vie de courgette" est acclamé partout où il est projeté et c'est encore le cas aujourd'hui à Meknès.

Oui ! C'est même presque un peu flippant pour moi (rires) ! C'est un très bel accueil et je suis très heureux de pouvoir prendre part, ici à Meknès, à l'un des meilleurs festivals d'animation.

Il s'agit d'une adaptation du roman de Gilles Paris, "Autobiographie d'une Courgette". Pourquoi ce choix ?

L'idée est venue de Cédric Louis, avec qui j'avais travaillé sur mon premier court-métrage, "Banquise", présenté en compétition au Festival de Cannes en 2006. Tous mes courts-métrages traitaient de l'enfance et de la difficulté de l'enfance. On peut dire que ce livre était écrit pour qu'on en fasse un film.

Le livre est sorti il y a un peu plus de 15 ans, ça faisait longtemps que vous vouliez l'adapter ?

Je l'ai lu en 2006, on a récupéré les droits un an plus tard, donc ça fait quand même un moment qu'on travaille dessus. Il y a eu 6 ou 7 ans de développement, en passant par plusieurs phases, des petits courts-métrages, avant de trouver des producteurs qui nous ont permis de réaliser le film.

Est-ce que l'originalité de votre film n'est pas de montrer comment un enfant peut survivre face à la mort d'un proche, de manière réaliste ?

Oui je pense que c'est le réalisme qui est original dans le projet. Enfant, j'ai été nourri de films comme "Rémy sans famille" ou la série animée "Heidi" qui sont souvent des films mélodramatiques. C'est quelque chose que j'ai essayé de redonner aux enfants d'aujourd'hui.

En effet, j'ai fait trois semaines de stage immersif dans un foyer pour enfants. Quelques détails du film sont tirés de cette expérience, comme le tableau des humeurs. Même si le film est très stylisé, très cartoon, j'ai besoin que le fond soit très réaliste.

Dans ce film, vous avez utilisé la "stop-motion". S'agit-il de l'une des formes les plus complexes d'animation ?

C'est un travail d'artisanat, un travail manuel, d'incarnation, de cadre, de lumière. Du coup, ça apporte une énergie différente de l'animation par ordinateur ou en dessin, c'est une énergie vraiment physique. Même si c'est dur, c'est quand même une aventure extraordinaire.

Maroc

SM le Roi prend part à Paris aux travaux du Sommet international sur le climat "One Planet Summit"

SM le Roi Mohammed VI, accompagné de SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan a pris part, mardi… Plus »

Copyright © 2017 Libération. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.