19 Mars 2017

Ile Maurice: «Bonzour», la nouvelle aventure de La Sentinelle

Sa naissance était très attendue. Et l'accouchement s'est conclu de façon heureuse, vendredi matin. Dans la grande famille de la presse mauricienne, on demande le petit dernier !

Il est tout nouveau, il est tout beau et il est né le 17 mars dans les locaux de La Sentinelle. Il s'appelle Bonzour et, selon la formule consacrée, il se porte bien et a réussi ses premiers pas.

Distribué gratuitement à travers l'île pour son lancement, le nouveau quotidien a reçu un accueil des plus favorables, selon Nad Sivaramen, directeur des publications: «"Maquette de tabloïd novatrice", "Une cover story qui accroche car elle résume le système mafieux en place", "Des visages inconnus et frais", "Un positionnement humain qui étonne de la traditionnelle presse quotidienne" sont les commentaires qui émanent du terrain.»

Avec l'humain au cœur de toutes ses pages, «Bonzour, votre zournal toulezour», en vente à Rs 10, se dévoile au fil de ses rubriques : Actu, Faits de société, Vizaz, Proximité, Il était une fois, English Corner ou encore La voix du peuple, entre autres, explique Stéphanie Techer, chef d'édition à Bonzour. Il promet d'accompagner les Mauriciens du lundi au vendredi.

«Ce nouveau quotidien aux ambitions humbles veut redonner à la Mauricienne et au Mauricien leur voix au chapitre des actualités mauriciennes.

Nous avons choisi des journalistes de différentes générations pour mieux refléter les perspectives citoyennes de notre pays arc-en-ciel, explique Nad Sivaramen. Comme la vingtaine de titres de notre groupe de presse, dont 5-Plus dimanche.»

Il poursuit: «Notre engagement sera avant tout apolitique et citoyen. Si certains avancent, à tort, qu'un ancien conseiller de Ramgoolam pilote l'équipe ou le journal, cela relève soit de la désinformation volontaire, soit d'un signe de panique qui n'a pas sa raison d'être puisqu'une démocratie ne peut que se renforcer avec une nouvelle présence médiatique.

Outre d'être conseiller de Ramgoolam, Subash Gobine, puisque c'est de lui dont il s'agit, a été rédacteur en chef de The Nation, Le Militant, The Sun et collaborateur au Défi. Subash n'est qu'un d'une multitude de plumes journalistiques.

Pour Bonzour, je mise surtout sur des jeunes comme Estelle Bastien, Djameel Pathel, Yassine Carrim, Carine Tourette, Yasin Denmamode, Vinesen Abel, Nafiisah Peerbaye, Reema Tiwari-Meetoo, Selvanee Vencatareddy, entre autres, plus toutes les plumes de La Sentinelle. Soit une force de frappe de plus d'une centaine de journalistes.»

Comment distinguer entre les deux quotidiens du groupe La Sentinelle ? «L'express est et restera le quotidien de référence, celui qui informe les décideurs et le grand public.

Bonzour se veut être un journal davantage de proximité, qui mettra l'accent sur l'humain, les visages, en faisant mieux connaître ceux et celles qui occupent ou qui subissent les actualités.»

Rendez-vous est donc pris pour demain, lundi, afin de suivre l'actualité à travers les pages de Bonzour. «C'est un challenge journalistique, une aventure humaine passionnante, une redécouverte de notre pays et de notre métier», conclut Nad Sivaramen.

Ile Maurice

Des policiers volent au secours d'une demoiselle en détresse

Ils font honneur à l'uniforme bleu. Alors que les policiers sont souvent critiqués, eux, ont fait briller… Plus »

Copyright © 2017 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.