20 Mars 2017

Maroc: Les triporteurs traînent le pied pour se faire immatriculer

Les motocycles de fabrication chinoise ont envahi toutes nos villes

La première chose que l'on remarque est le gigantesque garage de 4 mètres de long sur 7 mètres de large. Dedans, il y a plusieurs motocyclettes et triporteurs.

Certains sont en réparation et d'autres en pièces détachées. Les mécaniciens sont à fond dans leur boulot et n'ont même pas le temps de discuter. Parmi eux, un jeune homme ne fait que les observer. Il est apprenti mécanicien.

A côté de ce garage sis au boulevard Brahim Roudani à Casablanca se trouve un magasin gigantesque. Sa devanture est en couleur bleu et rouge, sur son frontispice, un panneau: "Docker Motocycles" et devant sa porte principale, un agent de sécurité, portant un uniforme bleu et une casquette qui rappellent les anciennes tenues des gardiens de la paix.

Dans le showroom, toutes sortes de cyclomoteurs, tricycles et quadricycles neufs sont alignés par type et prix. A gauche de l'entrée se trouve le bureau d'accueil.

C'est une jeune fille voilée qui occupe ce poste, au fond se trouve le bureau de la responsable du magasin, une dame souriante et expérimentée qui semble avoir réponse à toutes les questions.

"Tous les nouveaux triporteurs possèdent une plaque d'immatriculation", affirme la responsable de la maison de production et de vente de ces motocycles de fabrication chinoise qui ont quasiment envahi toutes nos villes.

Pour elle, tous les propriétaires de triporteurs ou de motocyclettes sont dans l'obligation d'immatriculer leur véhicule. Ceux qui ne l'ont pas encore fait risquent d'être confrontés à des problèmes vu le nombre de clients qui font la demande d'immatriculation de leur motocyclette ou triporteur.

Quelle est la procédure à laquelle ils doivent se conformer ?

« La procédure est simple et rapide. Elle concerne tous les détenteurs de deux-roues et véhicules assimilés en circulation au Maroc qui devront régulariser leur situation au plus vite afin d'éviter la forte affluence attendue à l'approche de la date limite», indique le ministère de l'Equipement, du Transport et de la Logistique.

La décision d'immatriculer les deux et trois roues concerne tout véhicule importé à l'état neuf ou usagé, monté localement à partir de composants neufs ou usagés, commercialisé par un concessionnaire ou importateur ou assembleur ou revendeur.

Le véhicule doit avant sa mise en circulation subir une opération de contrôle technique destinée à définir ses caractéristiques techniques.

Cette disposition s'applique également au véhicule importé pour usage personnel ou à l'occasion du changement de titre de propriété en cas de cession, de demande de duplicata ou d'échange.

L'opération de contrôle des caractéristiques techniques est réalisée conformément à un protocole élaboré par l'administration et mis à la disposition des réseaux et centres de contrôle technique.

Après l'échec de l'opération d'immatriculation des triporteurs lancée le mois de mai 2015, le délai de régularisation de ces derniers a été prorogée plusieurs fois au cours de l'année suivante pour être finalement fixé puis au 1er juillet 2017.

Selon les prévisions et si tout se déroule comme prévu, passé ce délai, des sanctions seront infligées aux contrevenants et leurs motos risqueront d'être placées en fourrière.

Maroc

De plus en plus de migrants Marocains dans le détroit de Gilbratar

Samedi 24 juin, 224 migrants ont été recueillis en mer au large du détroit de Gibraltar, entre le… Plus »

Copyright © 2017 Libération. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.