20 Mars 2017

Congo-Kinshasa: Lutte contre la corruption - Le projet CAJAC Mobile de LICOCO au chevet des citoyens de Maluku

Il est désormais possible pour les citoyens de briser le silence contre les cas de corruption à Kinshasa dont les conséquences empiètent sur leur vie sociale, et à s'impliquer de manière active et efficace dans la lutte contre ce fléau grâce au mécanisme CAJAC (Centre d'Assistance Juridique et d'Action Citoyenne), mis en place depuis quelques mois par la Ligue congolaise de lutte contre la corruption (LICOCO) dans le cadre de son projet « Impact ».

Dans l'optique de renforcer cette action et d'établir des contacts directs avec les citoyens, le CAJAC Mobile a été installé le vendredi 3 mars 2017 dans la commune de Maluku, à travers l'organisation de la campagne de sensibilisation de lutte contre la corruption.

Objectif : mobiliser la population de cette zone rurale et des environs à dénoncer, au bureau mobile CAJAC LICOCO, les actes et les injustices liées à la corruption, afin que ledit bureau achemine les plaintes des citoyens auprès des institutions étatiques pour trouver des solutions idoines.

À l'instar des activités de CAJAC mobile dans les communes de Kintambo et Selembao, cette initiative est favorablement bien accueillie par les citoyens.

Et les préoccupations restent les mêmes, entre autres, voir les responsables des actes de corruption être sanctionnés pour mettre fin à l'impunité, comme l'atteste un quadragénaire, policier de son état, mais victime d'extorsion et arrestation arbitraire par les agents de service de l'auditorat militaire de la commune de Maluku qui profiteraient de leur position pour nuire à d'autres services de l'Etat commis dans les différents ports.

Après échange avec les conseillers du CAJAC, des policiers ont bien assimilé le mécanisme, promettant de s'impliquer dans la lutte contre la corruption dans cette circonscription.

De toute évidence, ce nouvel outil anti- corruption mis en place par la LICOCO apparait aux yeux des citoyens comme le dernier rempart de recours pour les victimes des actes de corruption en quête de solution et qui ne croient plus en une justice à double vitesse dont l'impartialité est remise en question.

L'organisation de cette activité de sensibilisation s'inscrit dans la démarche de la LICOCO à impliquer l'ensemble de la population à rejeter la corruption et prendre des mesures efficaces pour la combattre, en vue d'aboutir à des reformes administratives ou législatives importantes.

Il y a lieu de souligner que « le projet Impact » que la Ligue congolaise de lutte contre la corruption est en train d'exécuter est financé par le Fonds Canadien de Développement ; un financement qui permet la mise en place des CAJAC à travers les villes de Kinshasa, Matadi et Inongo avant de s'étendre, dans les jours à venir, dans plusieurs autres provinces de la RDC. En ce qui concerne les bureaux du CAJAC de Kinshasa basés respectivement à Kintambo et Kinkole, les citoyens ont la possibilité de les contacter au numéro +243 816907211 ou +243 0844441899.

Congo-Kinshasa

La CPI réclame 10 millions de dollars pour les victimes de Thomas Lubanga

Dix millions de dollars, c'est le montant fixé par la Cour pénale internationale (CPI) ce vendredi pour… Plus »

Copyright © 2017 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.