20 Mars 2017

Burkina Faso: Pouria Amirshahi demande la levée du secret-défense sur la mort de Thomas Sankara

Le député français Pouria Amirshahi a adressé une lettre au président François Hollande lui demandant d'ouvrir les archives sur l'ancien président burkinabè Thomas Sankara.

Pouria Amirshahi écrit : « rien ne dit aujourd'hui que la France est directement impliquée [dans la mort de Thomas Sankara], mais pour qu'il en soit, il faut jeter un œil sincère sur l'histoire». Pour le député PS, la France s'honorerait à aider la justice burkinabè trente ans après la mort du président Thomas Sankara.

Il demande l'ouverture des archives de la diplomatie française et la levée du secret- défense. En principe, les dossiers classés « secret-défense » le restent pendant 50 ans.

Pouria Amirshahi compte sur une dérogation de François Hollande. Il s'agit de consulter des documents qui présentent un intérêt historique majeur. Quelques noms de Français sont cités dans l'assassinat de Thomas Sankara.

Martyr moderne de la lutte anticoloniale en Afrique, Thomas Sankara a été assassiné le 15 octobre 1987, l'identité de son meurtrier court toujours. Un juge burkinabè François Yaméogo avait déjà lancé une commission rogatoire demandant la levée du « secret-défense » en France, ainsi que l'historien Vincent Hiribarren.

Trois mois avant sa mort, Thomas Sankara révélait dans un discours à Addis-Abeba des divergences entre la France, ancien colonisateur et le Burkina Faso. Mais, il manque toujours de sources crédibles sur son assassinat. Le rôle précis de la France n'a jamais pu être déterminé.

Burkina Faso

An III, du crash d'Air Algérie - L'interminable combat contre une justice sélective

A la veille du 3e anniversaire du crash du vol AH5017, l'association des parents des victimes a donné une… Plus »

Copyright © 2017 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.