20 Mars 2017

Cameroun: Soutien précieux aux œuvres de Chantal Biya

Photo: SUD QUOTIDIEN
Jim Kim, Président de la Banque mondiale

L'action de la première dame, aux côtés de son illustre époux pour la visite d'Etat qui démarre ce jour, bénéficie de l'appui du gouvernement italien.

Mme Chantal Biya, épouse du président de la République du Cameroun, n'est pas une inconnue pour le commun des Italiens, encore moins pour les sommités scientifiques dont regorge le pays. C'est que son engagement dans la lutte contre le Sida lui a forgé une solide réputation ici aussi.

Notamment auprès des décideurs et autres bailleurs de fonds impliqués dans le même combat qu'elle contre la pandémie du siècle.

C'est donc certainement pour l'ensemble de ses œuvres que la première dame a de nouveau passé avec brio un test de popularité auprès de la diaspora camerounaise et des Italiens de Rome, vendredi dernier.

Et ce aux côtés de son époux qu'elle accompagne pour une visite d'Etat qui démarre ce lundi 20 mars 2017. Les relations entre Mme Chantal Biya et l'Italie datent.

Elles sont marquées par des appuis multiformes du gouvernement et différents partenaires italiens à l'œuvre de la première dame. Précisément au travers des institutions humanitaires qu'elle a créées.

Cette coopération a pris un tournant décisif le 11 mai 2006 par la signature de l'accord de coopération avec le gouvernement italien pour le financement du programme de recherche sur la prévention et la prise en charge du Vih/Sida développé par le Centre international de référence Chantal Biya.

Pour un montant de 1,441 milliard de Fcfa. Cette année encore, l'institution va bénéficier de 140 millions de Fcfa de subvention en provenance de l'annulation de la dette du Cameroun vis-à-vis de l'Italie.

Concrètement, les fonds ainsi débloqués ont déjà servi à mettre en place des infrastructures et équipements de qualité au Centre international de référence Chantal Biya pour la recherche sur la prévention et la prise en charge du VIH/Sida (CIRCB).

Un réseau de laboratoires modernes, -microbiologie, immunologie, analyses médicales, biologie moléculaire, biologie systémique, sans oublier les unités techniques ou un centre de documentation-, y a été créé.

Les travaux de recherche conduits au sein de l'institution sont relatifs aux facteurs favorisant les résistances aux antirétroviraux, les maladies opportunistes, l'auto-immunité. Les essais des vaccins contre les maladies infectieuses et non infectieuses y sont également effectués.

Le centre fait former, chaque année en Italie, des chercheurs spécialisés dans la recherche pour la lutte contre le Hiv/Sida. Selon ses responsables, le CIRCB est certes né de la volonté de la première dame, Chantal Biya, mais il est aussi une émanation du gouvernement italien. Les appuis technique et financier qu'il reçoit de ce partenaire se manifestent notamment à travers le projet « Families First Africa ».

En perspective, un accent sera porté sur l'appui de l'Italie au programme de prévention de la transmission mère-enfant du Vih. « Je suis consciente que ce centre représente pour l'Afrique et le Cameroun un point important dans la lutte contre ce fléau qui cause d'énormes ravages sur le continent.

Je vous félicite du travail qui est abattu ici dans une collaboration entre chercheurs camerounais et italiens », déclarait Mme Laura Mattarella, satisfaite, au terme de sa visite du Centre effectuée en mars 2016.

Cameroun

CAN Cameroun 2019 - Ibenge retient vingt-trois joueurs pour le stage au Maroc

L'on note des absents sur la liste des Léopards de la RDC publiée le vendredi 26 mai 2017 par Florent… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.