20 Mars 2017

Congo-Kinshasa: Kwilu - La principale route du secteur Nkara abimée

Depuis plusieurs mois, long de plus de 150 kilomètres, la principale route du secteur Nkara, situé dans province du Kwilu, demeure quasiment impraticable. Des véhicules roulent très difficilement. Des milliers de paysans de ce secteur y compris ceux du secteur Niadi peinent à évacuer, ces derniers temps, leurs produits vers des centres de consommations comme la ville de Kikwit et la ville-province de Kinshasa.

«La place la plus critique, c'est la courbure de Kimputu-Nseke y compris celle de Kimputu-Mfinda. Ces deux courbures, accompagnées de sérieuses pentes, sont envasées de la terre rouge. Il y a maintenant des ravins de part et d'autres.

Surtout lorsqu'il pleut, aucune locomotive ne peut oser passer à ces endroits», témoigne Odon Munsadi, environnementaliste et ressortissant de ce secteur.

Selon lui, si les autorités politico administratives ne s'impliquent pas ,ce sera pire et les grandes agglomérations bénéficiaires des produits agricoles de ces rayons vont mourir de faim.

«Lorsque cette route était en bon état, je roulais facilement avec mon gros véhicule du type MAN pour acheter des produits comme maniocs, arachides, maïs, millets, de l'huile de palme....

J'allais revendre tous ces produits à Kinshasa. De Kikwit jusqu'à Nkara, je roulais pendant plus ou moins 1h30'. Mais actuellement, avec la route abîmée, je fais pratiquement deux ou trois jours», témoigne Toussaint Ngobilaso, un des chauffeurs qui fréquente cette voie de communication depuis plus de dix ans.

Il affirme que dans l'ancien temps, cette principale route du secteur Nkara était régulièrement entretenue par une structure dénommée Communauté des usagers de la route de la rive droite du Kwilu (CURDK). Mais, depuis plus de cinq ans, cette structure n'est plus opérationnelle, pour des raisons non élucidées jusqu'ici.

De son côté, le professeur associé Mumbal'Ikie Namupot'Mas de l'Institut supérieur pédagogique de Kikwit et ressortissant du secteur Nkara, invite le Gouvernement provincial du Kwilu à s'impliquer.

«Dans le budget 2017, le Gouverneur Gödel Kinyoka a prévu une bonne cagnotte pour la réhabilitation des routes des dessertes agricoles. J'invite donc le gouvernement provincial à débloquer un montant important pour que l'Office des route se mette rapidement au travail», déclare-t-il.

Badylon Kawanda

re des carrières, non loin des leurs, a depuis un laps de temps fait que le marché devienne difficile, car les gens aujourd'hui préfèrent s'approvisionner chez ces blancs au détriment des congolais, ne sachant pas que, derrière c'est le congolais qui souffre.

Elles ont parlé en vrac pour dire que l'Etat ferait mieux de leur installer des machines qui cassent les gros moellons, ce qui leur allégerait le travail.

Le plus important pour ces femmes, c'est ce qui découle du travail qu'elles exercent depuis plusieurs années, à savoir : les frais scolaires des enfants et la nourriture quotidienne qui est à minima assurée grâce aux petits bénéfices qu'elles ont dans chacun des sceaux qui se vend normalement à 1000 FC.

Une découverte qui, certes, pousse le gouvernement à voler au secours de ces femmes dépourvues de repos essentiel à cause de ce gagne pain qui, ici, demande plus que des efforts corporels, mais surtout un moral d'acier pour y arriver.

Congo-Kinshasa

Hospitalisé, Diomi Ndongala en appelle à la CNDH pour sa libération

L'opposant congolais Eugène Diomi Ndongala en appelle, ce jeudi 21 septembre, à la Commission nationale… Plus »

Copyright © 2017 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.