20 Mars 2017

Congo-Kinshasa: Séisme au Rassemblement - La CENCO invitée à l'impartialité !

Avec qui faudra-t-il traiter au niveau du Rassemblement? Trois ailes se sont créées, en l'espace de quelques temps, depuis que le Sphinx de Limete s'est éteint, le 1er février à la Clinique Sainte Elisabeth, à Bruxelles, capitale du Royaume de Belgique.

La restructuration opérée, le 2 mars dernier, a porté Félix Tshisekedi aux fonctions de Président Exécutif et Autorité Morale du Rassemblement et, Pierre Lumbi Okongo, au poste de Président du Conseil des sages du Rassemblement.

Un jour après, Joseph Olenghankoy via une frange d'Opposants dont certains ont, d'ailleurs, rejoint Félix, a été, lui aussi, désigné Président du Conseil des sages.

Puis, enfin, Patrick Mayombe et Clément Kanku Bukasa wa Tshibuabua, sont venus, à leur tour, exacerber la contradiction, en s'affichant, avec une autre aile, la troisième du genre, pour piloter, semble-t-il, le même Rassemblement.

Dans cette espèce de bourride politique, Kajepa Molobi, l'Analyste pro-Majorité, dans une nouvelle tribune, laisse au Rassemblement, les soins de se refaire la santé, avant de revenir en tant que force compacte de l'Opposition, pour bien affronter la Majorité.

Pendant ce temps, Kajepa estime que les Evêques, du haut de leur mission de bons offices, devraient s'interdire de mettre le doigt dans ce conflit, en prenant position pour l'une ou l'autre aile du Rassemblement.

L'affaire est tellement sérieuse que cet analyste estime qu'il n'appartiendrait pas aux Evêques, ni encore moins, à la CENCO, de marquer leur préférence pour tel ou tel autre leader, fut-il le fils de Tshisekedi, pour légitimer son aile au détriment de deux autres.

Il lance, ici, le débat et plaide pour l'impartialité des Evêques, dans l'accomplissement de cette mission de bons offices, au niveau de discussions directes autour des arrangements particuliers. A bien lire la Tribune Libre, ci-dessous, il y a lieu de saisir la portée de cette sorte d'interpellation qui, en fait, constitue, pour cet Analyste, un rappel à l'ordre.

Crise de l'opposition congolaise : la place de l'église est au milieu du village

L'actualité congolaise de ces dernières semaines place l'église catholique romaine au centre de la politique intérieure de notre pays.

Voilà quelques jours qu'au travers d'une mauvaise traduction de la langue allemande, une certaine presse a voulu répandre l'idée que le Pape François refusait de venir en République Démocratique du Congo à cause de la présence du Président Joseph Kabila, à la tête du pays.

Depuis, des traducteurs, moins politiquement orientés, ont mieux exprimé la pensée du Saint Père qui, certes, ne viendra pas en RDC, plutôt pour des questions de sécurité que pour un quelconque motif politique.

Une deuxième raison porte l'église catholique au centre des polémiques qui se développent au sein de différents forums s'intéressant à l'avenir de la RDC.

Il y a un certain temps, au sortir du Dialogue Politique National Inclusif de la Cité de l'Union Africaine, le Président de la République constatait que certains ténors de l'opposition congolaise n'avaient pas pris part aux échanges autour de Monsieur Edem Kodjo.

Le Chef de l'Etat avait ainsi cru bon de demander à la CENCO d'aller vers ceux qui étaient restés volontairement hors du dialogue, pour les convaincre de rejoindre le courant de la recherche pacifique d'une solution à la délicate question de l'organisation des élections dans notre pays.

Connaissant l'importance démographique de l'église catholique et son indéniable influence dans notre pays, l'opinion publique tant nationale qu'internationale avait applaudi des deux mains cette initiative.

Nous espérions, tous, que le poids moral des dirigeants de l'église exercerait sur les antagonistes, un impact apaisant.

Aujourd'hui, quelques mois après l'ouverture des pourparlers de la CENCO, force est de constater que les évêques catholiques n'apaisent pas la situation, telle que l'avait espérée chacun.

Bien au contraire, certaines attitudes partisanes installent le doute. La récente prise de position de l'Abbé Donatien Nshole en faveur d'une branche du «Rassemblement», dans le conflit ouvert depuis la disparition, le 1er février, de l'ancien Premier Ministre, Monsieur Etienne Tshisekedi, montre que l'action de la CENCO participe plus à chauffer les esprits qu'à rechercher une solution consensuelle.

L'église a abandonné le milieu du village pour accompagner directement la fraction la plus radicale du «Rassemblement».

Alors que le «Rassemblement» se présente devant l'opinion congolaise, répartie en trois tendances ; Monsieur l'Abbé Nshole, Secrétaire Général de la CENCO, a choisi son camp.

Dans une déclaration du 14 mars, le prélat annonce que pour la CENCO « c'est Félix Tshisekedi qui est le répondant du «Rassemblement».

Quel rôle l'église catholique joue-t-elle dans cette affaire qui empoisonne la classe politique congolaise et retarde, du même coup, la solution quant au problème qu'ensemble, nos prétendants au leadership doivent résoudre ?

M. l'Abbé Nshole est-il, par la vertu de je ne sais quel esprit, devenu le juge ou l'arbitre des différends surgissant dans la classe politique congolaise ?

Le mandat conféré à la CENCO était d'amener ceux qui étaient restés hors du dialogue de la Cité de l'U.A à rejoindre l'accord du 18 octobre 2016.

Voilà que non seulement la CENCO s'est éloignée de cette mission, mais, par la voix de Monsieur l'Abbé Nshole, elle veut décider de qui va représenter l'opposition congolaise autour de la table des négociations. Là, M. l'Abbé a manifestement, outrepassé son mandat.

Pis encore, les évêques, eux-mêmes, ont jeté le masque, le jeudi 16 mars, en confirmant la position du Secrétaire Général de la CENCO. La réponse n'est pas venue de la Majorité présidentielle, ni de l'opposition ayant signé l'Accord du 18 octobre 2016, mais bien d'une frange appartenant au cœur même du «Rassemblement».

Messieurs Olengankoy, Lisanga Bonganga, Kiakwama, Roger Lumbala et autres se sont directement opposés au choix anti-démocratique opéré par la CENCO.

M. Valentin Mubake, que personne ne peut soupçonner de connivence avec la Majorité, conteste ouvertement le choix des évêques.

Le conseiller politique du sphinx de Limete n'a pas hésité à insinuer que le fils de son ancien patron cherche à faire mentir Etienne Tshisekedi après sa mort. Plus grave encore, nous apprenons qu'une plainte serait en gestation contre Félix Tshisekedi, Pierre Lumbi et l'Abbé Tshilumba pour faux et usage de faux.

La CENCO ne devrait-elle pas se donner le temps d'examiner la représentativité des uns et des autres ? La morale ne commande-t-elle pas que l'Eglise commence par écouter les partisans des trois groupes afin de tenter une réconciliation entre les protagonistes.

En outre, l'éthique n'impose-t-elle pas une instruction avant d'envoyer les uns en enfer et de préparer pour les autres des places au paradis ?

Le moins que l'on puisse dire est qu'une injustice aussi flagrante ne grandit nullement la sainte Eglise catholique de la RDC.

La CENCO doit, si elle veut garder sa crédibilité et demeurer l'instance à laquelle la nation peut recourir en cas de différends graves, modifier son approche. La RDC étant traversée par plusieurs courants politiques, religieux et philosophiques, le sage doit savoir en tenir compte.

Congo-Kinshasa

Nouveaux affrontements meurtriers entre milices rivales dans le Nord Kivu

Au moins une vingtaine de personnes ont été tuées mercredi dernier dans des affrontements entre… Plus »

Copyright © 2017 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.