20 Mars 2017

Congo-Kinshasa: Pratiques exorcistes alarmantes au Kasaï - Dekese - Les notables en appellent à l'intervention des autorités

La circonscription administrative de Dekese se trouve dans l'actuelle province du Kasaï, une des provinces issues du démembrement de l'ex-Kasaï occidental. Elle est entourée par les territoires de Kole, Lomela, Monkoto, Oshwe, Ilebo et Mweka.

Depuis maintenant presque deux longues années, ce coin de la République a vu l'émergence d'une curieuse pratique d'exorcisme qui, malheureusement, fait beaucoup de victimes et, comme au moyen en âge en Europe, ouvre, véritablement, la chasse aux prétendus sorciers et sorcières.

L'auteure de cette pratique, c'est une apocryphe prophétesse qui, quoique se réclamant du catholicisme, a été, depuis, désavoué par le diocèse catholique de Kole à cause, évidemment, de ses pratiques pas du tout catholique.

Eu égards aux affres que causent ces dernières et lassées de compter les victimes, des voix commencement à s'élever pour appeler les autorités à agir. Et, le plus tôt serait le mieux.

Les personnes soupçonnées d'être des sorciers ou des sorcières sont kidnappées par leurs proches et sont conduites, manu militari, auprès de ladite prophétesse qui opère au village d'Itedji à une trentaine de kilomètres du chef-lieu du territoire de Dekese. Les gens viennent des diverses localités dont Dekese, Kole, Mweka ou de Lomela.

Le supplice

Une fois arrivées à Itedji et après avoir subi chemin faisant toutes sortes de violences physiques et psychologiques, ces personnes sont déférées auprès de la prophétesse qui, elle-même, les soumet à son tour à des tortures, rapportent des fils de cette partie du pays.

Insultes humiliantes, privation de nourriture, bastonnade, brûlures à l'aide d'un tison ardent, léchage des plaies, obligation de boire en un temps record une quantité excessive d'eau, obligation aussi de grimper, en étant dénudé (é) et quel que soit l'état de santé de la personne, sur un gros arbre et d'y demeurer aussi longtemps que la "prophétesse le voudra"... , ce sont là des choses auxquelles sont exposés les prétendus sorciers.

Quand la prophétesse décide de se reposer en attendant la prochaine visite des esprits qui, soi-disant, l'inspirent, sa garde prétorienne et les proches des présumés sorciers prennent le relais et soumettent les gens à toutes sortes d'autres tortures inhumaines.

Pas d'issue

Quant on est déféré devant cette prophétesse, il est difficile d'en réchappé. En effet, les tortures infligées servent à arracher des aveux de culpabilité.

Quand, lasse, la victime finit par avouer son soi-disant forfait occulte, elle ne s'en sorte pas pour autant car les proches surexcités y trouvent une raison de s'acharner davantage sur le sorcier ou la sorcière jusqu'à ce que le pire arrive.

Très rarement, des personnes réussissent à échapper à cette mésaventure grâce, par exemple à une action des personnes opposées à ces pratiques criminelles, ils quittent Itedji avec des séquelles irréversibles.

"Un tel a eu le crane brûlé par le tison et, comme sur un écran, on y aperçoit la plaie profonde et des asticots qui y affleurent. C'est un mort vivant auquel personne n'a rendu justice ou plutôt qui n'a eu que la justice partisane d'un gourou ", a rapporté un notable de ce coin de la République.

Assez

Suite à un ordre de la hiérarchie, la prophétesse a été, un jour, appréhendée puis déportée à Kinshasa où a-t-elle même été détenue. Mais, hélas, par une tournure des choses incompréhensibles, elle a été libérée et ramenée par un des siens à Dekese.

Où, malheureusement, elle continue son travail avec ses partisans. En effet, après avoir quitté le bureau de l'administrateur du territoire, elle a posé ses valises au village de Bolonga, à 3 kilomètres du centre de Dekese. A présent, sur ordre des autorités de ce recoin, elle a regagné Itedji, son village d'origine. Mais, toujours et encore, des supposés sorciers et sorcières en font les frais.

D'où, très préoccupés, des notables se demandent à quand la fin de la boucherie à Dekese ? Ainsi, aux prises avec les fins limiers de La Prospérité, ont-ils lancé un appel aux autorités de la territoriale.

Ce, pour que des mesures soient prises afin de mettre fin à ces types d'actes avant que la situation ne devienne pire et hors de contrôle.

Congo-Kinshasa

La Cenco au milieu ou au fond du village ?

C'est la levée de boucliers contre la Cenco (Conférence Episcopale Nationale du Congo), du… Plus »

Copyright © 2017 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.