20 Mars 2017

Gambie: Pour une gouvernance participative de type nouveau - La société civile appelée à maintenir son rôle de veille et d'alerte

Malgré ses actions déterminantes dans l'alternance démocratique ayant mis fin aux 22 ans de règne sans partage de l'ancien président Yahya Jammeh, la société civile gambienne a encore beaucoup à faire en Gambie. Elle est appelée à maintenir son rôle de veille et d'alerte car, non seulement «tout n'est pas fini» en Gambie, mais le peuple aspire à une «nouvelle gouvernance participative de l'Etat gambien».

Son rôle étant déterminant dans l'alternance démocratique en Gambie, la société civile gambienne doit maintenir le cap pour accompagner ce processus dans le cadre d'une veille solidaire internationale. C'est l'appel d'Action humaine pour le développement intégré au Sénégal (AHDIS). Dans une déclaration intitulée «Gambie: Tout n'est pas fini» et signé son président Amacodou Diouf, AHDIS, relève que de nouvelles opportunités s'offrent à la société civile gambienne.

«Suite à l'alternance politique intervenue en Gambie, après 22 ans de règne sans partage de Yahya Jammeh, de nouvelles opportunités s'offrent à la société civile gambienne en vue de son renforcement. Son rôle a été déterminant dans ce changement, avec de multiples actions citoyennes qui ont fortement contribué à la conscientisation des électeurs et à la sensibilisation de la communauté internationale», informe la source.

AHDIS est d'avis que'«une telle flamme ne devrait s'éteindre au moment où la Gambie vient à peine d'amorcer un virage démocratique. A cet effet, les capacités d'alerte, de plaidoyer et de mobilisation de la société civile gambienne doivent rester fortes et constamment renforcées pour accompagner ce processus dans le cadre d'une veille solidaire internationale».

C'est la raison pour laquelle Amacodou Diouf et ses camarades appellent les acteurs de la société civile nationale et internationale «à converger dans une dynamique d'appuis et d'échanges avec les organisations de la société civile gambienne dans le cadre du renforcement de leurs acteurs nationaux dans la nouvelle gouvernance participative de l'Etat gambien que ce peuple veut de type nouveau».

Sous ce rapport, ajoute la source, «il convient de souligner le rôle nouveau que les Organisations de la société civile (OSC) gambienne doivent jouer dans l'élaboration, le suivi et l'évaluation des politiques publiques du nouveau régime, en intégrant tous les cadres institutionnels de prises de décisions majeures engageant le peuple gambien souverain. Il s'agit pour nous, avec la volonté affichée des OSC gambiennes et de la diaspora de ce pays, de participer activement à une société civile gambienne forte au service du peuple gambien frère, pour la paix et le progrès».

Gambie

Partage d'expérience entre les victimes de Jammeh et de Hissène Habré

Les Tchadiens ont dû attendre 25 ans avant de voir leur ancien dictateur Hissène Habré traduit en… Plus »

Copyright © 2017 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.