20 Mars 2017

Afrique: Bouchoureb prend part à Maurice à la réunion inaugurale de la Plateforme économique africaine

Alger — Le ministre de l'Industrie et des mines, Abdeslam Bouchouareb a pris part lundi à Port Louis (Maurice) à un panel lors de la réunion inaugurale de la Plateforme économique africaine et durant lequel il a présenté l'expérience de l'Algérie dans le domaine de l'énergie, selon un communiqué du ministère.

M. Bouchoureb "a fait part à cette occasion de l'expérience de l' Algérie dans le domaine de l'énergie et de sa contribution pour les pays du voisinage" tout en relevant "l'intérêt et la nécessité à accorder au secteur de l'énergie afin de faire face aux défis actuels et futurs".

En marge des travaux, M. Bouchouareb a eu un entretien avec le président du Zimbabwe M. Robert Mugabe qui l'a chargé "de transmettre ses salutations à son frère le président de la République Abdelaziz Bouteflika".

Le ministre de l'Industrie et des mines s'est également entretenu avec le président de Madagascar Hery Rajaonarimampianina, le président de la Commission de l'Union africaine (UA) M. Moussa Fakih, Mme Louisa Diogo vice-présidente de la fondation de l'Union africaine et ancienne Première ministre du Mozambique ainsi que le ministre du Développement industriel du Mali.

A l'ouverture des travaux, le Premier ministre mauricien Anerood Jugnauth a relevé de l'importance d'un "continent Africain uni, ce qui constitue un élément clé pour le continent" , affirmant que la mise sur pied de l'African Economic Platform marque un tournant dans l'histoire de l'Afrique.

Cette rencontre de trois (3) jours organisée à l'initiative de l'Union africaine (UA) va instituer un nouvel espace annuel pour les dirigeants africains afin d'établir un dialogue entre des dirigeants politiques africains, des chefs d'entreprises, des universités et des intellectuels.

Plusieurs chefs d'Etats et de Gouvernements prennant part à cette conférence, dont ceux de la Guinée, de la Zambie, du Zimbabwe, de Malawi, de Kenya, de Madagascar, des Comores, de la Tanzanie, de la Namibie, du Swaziland et de l'Ethiopie.

Des sessions plénières sont programmées avec pour thématiques l'habilitation des jeunes par rapport à l'emploi, l'innovation et l'entrepreneuriat, la compétitivité dans le secteur privé en Afrique et la suppression des barrières qui entravent la communication et la circulation des biens, des personnes et des services.

La Plateforme permettra d'explorer des opportunités et options réalistes pour le continent et le monde. Elle s'inscrit dans le cadre de la mise en oeuvre de l'Agenda 2063 de l'UA et d'autres décisions et programmes progressistes visant à promouvoir l'intégration et le développement de l'Afrique, selon le ministère.

Elle constitue aussi pour les parties concernées une opportunité pour travailler avec les dirigeants africains pour éliminer les obstacles politiques qui entravent les affaires en Afrique, accroître l'attractivité des investissements du continent, mettre en oeuvre des stratégies de diversification et d'industrialisation économiques et mobiliser les ressources endogènes et autres.

Ile Maurice

Rentrée parlementaire - Le gouvernement serein, l'opposition prête à dénoncer les scandales

Alors que la speaker rentrera au pays aujourd'hui, les parlementaires se disent prêts pour la rentrée… Plus »

Copyright © 2017 Algerie Presse Service. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.