23 Mars 2017

Algérie: Intérêt grandissant des opérateurs économiques pour le traitement des déchets dangereux

Oran — Les entreprises et les opérateurs économiques s'intéressent de plus en plus au traitement et à la gestion de leurs déchets dangereux, en application de la réglementation en la matière, a-t-on appris jeudi d'un responsable d'une entreprise privée spécialisée dans la gestion des déchets.

S'exprimant à l'APS en marge du Salon professionnel international organisé dans le cadre du NAPEC 2017 ouverte mardi, le Directeur général associé de la Sarl "Green Sky", Hanifi Walid a affirmé qu'un engouement et un intérêt particuliers est suscité, depuis quelques années de la part d'entreprises et d'opérateurs économiques, pour la gestion environnementale des déchets dangereux et l'application stricte de la réglementation en vigueur.

Il a indiqué, dans ce sens, que le marché de gestion des déchets dangereux commence à prendre de l'essor en Algérie renseignant sur une prise de conscience chez la plupart des entreprises et des opérateurs de l'importance de ce volet et de son impact sur l'environnement et la santé des citoyens.

Hanifi Walid a rappelé, au passage que l'administration et la tutelle ont fourni beaucoup d'efforts pour inculquer cette culture de traitement de déchets.

Green Sky, est une jeune entreprise qui a démarré ses activités en 2010. Son travail consiste, selon son responsable, à la collecte, le transport et l'élimination des déchets dangereux et polluants de plusieurs secteurs d'activité dont les déchets hospitaliers et industriels.

Pour le secteur pétrolier, elle traite tout ce qui est résidu chimique non utilisé ou périmé et les terres contaminées, a-t-il cité soulignant "en amont, nous traitons les déchets liées aux recherches et aux forages qui génèrent des déchets spécifiques, comme les eaux souillées contaminées et en aval, tout ce qui a trait au raffinage.

Nous sommes partenaires de Sonatrach à travers deux de ses filiales, l'Entreprise nationale de services aux puits (ENSP) et la Société de maintenance industrielle d'Arzew (Somiz)".

Le volume de traitement de tels déchets est variable selon les périodes et les secteurs, a-t-il ajouté déclarant "nous pouvons traiter parfois jusqu'à 1.500 tonnes de déchets pétroliers dangereux traités en une seule année, mais c'est relatif' .

Citant d'autres secteurs d'activité, M. Hanifi a indiqué que son entreprise est partenaire avec le groupe "Lafarge Holcim Algérie" dans le cadre d'une opération de traitement des déchets des fours de cimenteries.

Concernant le traitement des déchets hospitaliers, il a signalé que son entreprise gère en moyenne entre 15 et 25 tonnes par jour.

"Nous participons également à une opération nationale de collecte de déchets pharmaceutiques à travers tout le territoire national", a-t-il ajouté faisant savoir que les déchets pharmaceutiques d'environ 2.500 à 3.000 officines d'une vingtaine de wilayas ont été collectés.

Cette jeune entreprise d'une cinquantaine d'employés, présente dans trois villes (Alger, Blida et Chlef), compte s'élargir en créant des filiales dans des régions ayant une importante activité industrielle.

Partant du constat que ce marché est très porteur, il a déclaré "nous espérons étendre notre réseau à Oran et au Sud et faire partie ainsi des leaders de la gestion des déchets dangereux dans le pays".

Algérie

Le Maroc rappelle son ambassadeur à Alger

A la suite des déclarations gravissimes du ministre des Affaires étrangères de la République… Plus »

Copyright © 2017 Algerie Presse Service. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.