26 Mars 2017

Ile Maurice: 157 kilos d'héroïne saisis en l'espace de quelques jours

Photo: Wikimedia Commons
Une saisie record de drogue avait déjà été effectuée dans le port de Port-Louis, la capitale mauricienne,

Rs 2, 4 milliards. C'est là la valeur totale de drogue saisie dans le port depuis le 9 mars.

Après les 135 kilos d'héroïne saisis dans le port le jeudi 9 mars, 20 kilos ont été découverts vendredi, une nouvelle cargaison a été découverte hier, samedi 25 mars. Deux kilos d'héroïne et 25 kilos de cannabis étaient, encore une fois, dissimulés dans des compresseurs...

Ainsi, en l'espace de quelques jours, 157 kilos d'héroïne sont entrés dans le pays. Valeur marchande : plus de Rs 2 355 000 000. Quant aux 25 kilos de cannabis, leur prix de revente est estimé à Rs 15 000 000.

Quinze jours après, soit le vendredi 24 mars, c'est à bord d'un autre bateau, le MSC Filomena, toujours en provenance de Durban, en Afrique du Sud, que les 20 kilos d'héroïne - estimés à Rs 300 millions - ont été découverts. La drogue était dissimulée dans deux compresseurs.

C'est une collaboration entre la Customs Anti-narcotic Section et la South African Revenue Service qui a abouti à la détection de ces grosses cargaisons de drogue.

Et hier après-midi, c'est au cours d'une autre fouille, dans un autre conteneur, qui se trouvait également à bord du MSC Filomena, que deux compresseurs cachant l'héroïne et le cannabis ont été retrouvés. La truffe du chien renifleur Milo, de la douane, ayant réagi positivement à la présence des stupéfiants.

Selon l'ADSU, c'est le courtier en douane, Navind Kistnah, 34 ans, qui serait l'importateur des cargaisons de drogue. Il faut dire que dans les trois cas, c'est le même mode opératoire qui a été utilisé, la drogue étant dissimulée à chaque fois dans des compresseurs.

Autre similitude qui relie Navind Kistnah à ces affaires : il passe toujours à travers la compagnie Brilliant Resources Consulting Ltd, dont les directeurs sont Gianchand Dewdanee et Sibi Thomas, pour faire entrer les cargaisons.

Ces deux hommes ont été arrêtés par la brigade antidrogue après la saisie des 135 kilos d'héroïne, dont la valeur marchande était estimée à Rs 2 milliards. La drogue, dissimulée comme à chaque fois dans des compresseurs, était arrivée à bord du navire MSC Ivana, le 9 mars.

Les suspects ont nié toute implication dans l'affaire ayant trait aux 135 kilos d'héroïne. Ils seront à nouveau interrogés, cette fois sur la cargaison de 20 kilos. Quant à Navind Kistnah il se trouve toujours à Johannesbourg, qu'il a rallié le 8 mars.

L'ADSU s'intéresse à l'habitant de Camp-Benoît, Petite-Rivière, depuis deux ans déjà. Il était soupçonné d'être impliqué dans le trafic de drogue mais aussi de blanchir de l'argent. Sur la base de certaines informations récoltées, deux compresseurs qu'il avait commandés avaient été interceptés, mais l'ADSU n'y avait rien décelé d'anormal.

Le jeudi 14 janvier 2016, Navind Kistnah avait toutefois été arrêté pour blanchiment d'argent. Dans une armoire, les policiers avaient découvert plusieurs sacs en papier et en plastique, contenant Rs 617 500 ainsi que des devises étrangères.

Certains employés du port déclarent que Navind Kistnah croyait maîtriser la situation jusqu'à ce que le pot aux roses soit découvert. «Li ti paré pou mett pri for pou sa container-la.»

En savoir plus

Saisie de drogue - Le patron de Gloria Fast Food dans la tourmente

«Je n'ai rien à voir avec Navind Kistnah.» Ainsi se défend le patron de Gloria Fast Food,… Plus »

Copyright © 2017 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.