27 Mars 2017

Ile Maurice: Signature d'un accord pour le déploiement des énergies renouvelables en milieu insulaire

communiqué de presse

Dans le cadre de la mise en œuvre d'un « Partenariat régional sur l'intégration renforcée des énergies renouvelables dans le réseau insulaire de Maurice » entre le Ministère de l'Energie et des Services publics (MEPU) et l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie (ADEME), avec le soutien de l'Agence Française de Développement (AFD), un accord est intervenu la semaine dernière à la Préfecture de La Réunion.

Le Premier Ministre Adjoint et Ministre de l'Energie et des Services Publiques, M. Ivan Collendavelloo ; le Préfet de La Réunion, M. Dominique Sorain ; l'Ambassadeur de France à Maurice, M. Gilles Huberson ; le Directeur régional de l'ADEME Réunion-Mayotte, M. Jean-Michel Bordage; et le Directeur de l'AFD pour Maurice et les Seychelles, M. Matthieu Discour, étaient présents à la cérémonie de signature.

Cet accord fait provision pour l'organisation d'activités conjointes sur des sujets à forts enjeux comme la bioélectricité et la régulation en milieu insulaire.

En effet, les « îles-sœurs » ont témoigné ces dernières années d'une volonté politique forte d'échange et de partage d'expertise dans le secteur de l'énergie, notamment matérialisée par l'accord signé en 2011 entre le gouvernement de la République de Maurice et le gouvernement de la République Française sur la coopération régionale entre Maurice et La Réunion.

L'accord de coopération sur le développement durable et la maîtrise de l'énergie est en cours de renouvellement pour les cinq prochaines années. Le partenariat MEPU-ADEME, soutenu par l'AFD à travers le Fonds d'Expertise Technique et d'Echange d'expérience (FEXTE), s'inscrit aujourd'hui dans cette dynamique régionale constructive et innovante.

L'AFD prévoit de financer la mise en place d'un partenariat entre Maurice et La Réunion autour des thématiques énergétiques. Le but est de développer le recours aux énergies renouvelables afin de diversifier le mix électrique généré par le Central Electricity Board.

Destiné à financer les programmes de coopération technique entre la France et les pays à revenus intermédiaires, le FEXTE permet de valoriser le savoir-faire industriel et institutionnel français dans les domaines d'intervention choisis.

L'ADEME a été choisi pour animer ce partenariat. Compte tenu des objectifs de Maurice dans le secteur des énergies renouvelables (35 % du mix énergétique national à l'horizon 2025), cette subvention accordée via le FEXTE devrait engendrer plus de 500 M € d'investissements sur neuf ans.

Le projet FEXTE Maurice - Réunion

Concrètement, le projet consiste en l'organisation de deux séminaires de travail sur plusieurs jours entre Maurice et La Réunion, portant sur la production de bioélectricité et le cadre de régulation d'une politique publique en faveur des énergies renouvelables en milieu insulaire.

Une tournée d'information en France sur les thèmes du cadre de régulation en faveur des énergies renouvelables, et des réseaux intelligents (« smart grids ») est aussi prévue.

Ces moments de partage d'expériences mobiliseront des acteurs publics, institutionnels mais également ceux du privé qui évoluent dans le secteur de l'énergie à Maurice et en France/Réunion, et viseront des résultats opérationnels.

Maurice et La Réunion : Des défis en commun

Les îles de l'océan Indien, qui partageant un contexte environnemental et géographique similaire, disposent de réseaux électriques contraints et sont confrontés aux problématiques spécifiques des Zones Non Interconnectées.

Historiquement, ces réseaux distribuent majoritairement une énergie produite sur la base de combustibles fossiles, dont l'impact est non seulement environnemental mais affecte aussi la dépendance énergétique et le déséquilibre budgétaire de ces Etats.

Depuis quelques années, le recours à une production d'énergie renouvelable dans le mix énergétique de ces deux îles s'impose comme solution alternative.

Maurice a confirmé en 2015 son souhait d'atteindre 35 % d'énergie renouvelable dans son mix énergétique électrique d'ici 2025 (actuellement autour de 20%), et de maintenir ce niveau à horizon 2030.

Le pays s'est également engagé à travers sa contribution nationale à la COP21 à augmenter la production électrique notamment d'origine éolienne, solaire ou biomasse, et à moderniser son réseau électrique de façon à accueillir plus d'énergie renouvelable. Les ambitions du gouvernement mauricien sont un signal fort, et impliquent des défis tant institutionnel, socio-économique et technique.

Pour sa part, La Réunion, à travers son dispositif de Programmation Pluriannuelle de l'Energie, et son objectif ambitieux d'atteindre 50% de renouvelable dans le mix électrique en 2020, vise un déploiement massif, structuré et durable des énergies renouvelables.

Ile Maurice

Hausse des prix du loyer - 5 000 commerçants risquent de mettre la clef sous le paillasson

Un véritable drame humain se prépare avec l'éventuelle hausse des prix du loyer. C'est en tout cas… Plus »

Copyright © 2017 Government of Mauritius. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.