27 Mars 2017

Burundi: Miss Burundi - Le Rwanda, l'exemple à suivre

Le blogueur Hugues Safari est subjugué par l'engouement que la compétition Miss Rwanda semble susciter chaque année. Pour lui, il serait temps que les Burundais empruntent la formule de l'outre Kanyaru pour pouvoir réussir pleinement leur célébration de la beauté burundaise.

Sur Twitter, en suivant le hashtag #MissRwanda2017 avant et pendant la compétition, il était pratiquement impossible de ne pas sentir l'attachement des Rwandais à cet événement qui met en valeur la beauté et l'intelligence de la fille rwandaise et qui promeut également la culture de ce pays. Tout le monde semble connecté, « tout le monde » suit et commente selon ses humeurs les réponses des candidates.

La visibilité de la compétition pendant sa campagne sur les réseaux sociaux a créé un mouvement autour de celle-ci. Mais aussi, la participation de grands contributeurs économiques fait que cet événement soit non seulement un succès mais aussi une petite fenêtre qui s'ouvre au monde pour le pays organisateur.

Miss Burundi, une histoire jonchée d'embûches

Depuis 2009, à sa première édition, Miss Burundi a été une occasion de découvrir nos beautés cachées. En couronnant la plus belle, au projet de société le plus intéressant, cet événement a contribué à révéler et valoriser une des richesses du pays.

Malheureusement, 2012 est venu ternir l'image d'une marque qui rencontrait depuis deux ans un franc succès : l'équipe d'organisation de Miss Burundi aurait jeté l'éponge car la compétition a été jugée de politisée, du fait de certaines zones d'ombres dans la préparation de la compétition notamment au niveau du jury.

En 2016, Miss Burundi renaît timidement dans un pays en crise. Malgré cela, la célébration de la beauté burundaise a lieu car certains n'ont jamais baissé les bras et continuent à faire vivre culturellement le Burundi. Mais cette compétition ne ressemble pas aux précédentes et cela pour diverses raisons.

Tout d'abord, selon une source anonyme au sein de l'organisation, la compétition Miss Burundi 2016 n'a pas été totalement soutenue à cause de l'atmosphère politique que connaît le pays et ses retombées sur l'économie.

Et puis, si cette compétition n'a pas gagné la confiance des Burundais à ses débuts, c'est parce qu'elle était organisée par une société méconnue du public, suppose notre source.

Aller de l'avant

Aujourd'hui, ceux qui organisent Miss Burundi ont besoin de travailler beaucoup plus sur leurs partenaires-clé, car sans eux, l'on ne peut prétendre arriver à encourager les candidates dès la phase des inscriptions.

Il faudra aussi accompagner l'élue en lui cherchant des partenaires pour son projet. Car, la plus grande joie d'une Miss n'est pas de gagner mais ce qu'elle aura fait de sa couronne. Le cas de Miss Burundi 2016, Ange-Bernice, est un exemple éloquent.

D'un autre côté, les acteurs économiques devraient soutenir de telles initiatives car elles leur fournissent une certaine visibilité et confèrent un certain prestige à leur marque.

Burundi

Quelle leçon pour le Burundi ?

La semaine passée a été marquée par le coup d'Etat pas comme les autres mené par les… Plus »

Copyright © 2017 YAGA. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.