28 Mars 2017

Cameroun: Ibrahim Yaya - « Le visage de notre ville change »

interview

Monsieur le maire, comment se présente la commune de Galim-Tignère à l'aube de cette année 2017 ?

Je suis à mon deuxième passage à la tête de la commune de Galim-Tignère. J'ai été maire de 1996 à 2002. Je suis revenu en 2013. Ma formation politique est l'UNDP.

Le visage de la commune est en train de changer. Beaucoup de projets sont lancés dans les domaines des travaux publics, de l'éducation, de la santé, du tourisme, de la culture... Bref du développement local. Le festival Nyem-Nyem, célébré chaque année au mois de février, est une belle vitrine pour notre commune.

Cet évènement culturel permet à Galim-Tignère de se faire connaître du grand public. Dans l'organisation, nous sommes appuyés par les ministères des Arts et de la Culture ; du Tourisme et des Loisirs. Le ministère du Tourisme a lancé un vaste projet d'aménagement et de promotion du mont Djim.

Il a construit un campement en boukarous, au pied de ce mont. Au niveau du mont lui-même, des escaliers et un boukarou ont été également construits. D'autres aménagements visant l'accessibilité du site aux touristes et aux visiteurs sont programmés.

Quels sont les secteurs d'activités porteurs ?

Les populations de Galim-Tignère vivent essentiellement de l'agriculture, de l'élevage, de la chasse, du commerce, de l'exploitation artisanale de l'or et du saphir communément appelé « caillou bleu », entre autres.

Les activités agropastorales sont néanmoins très prépondérantes. Notre budget pour l'exercice 2017 est de 413 millions de F, mais la commune éprouve de sérieuses difficultés à le recouvrer. L'incivisme fiscal est préoccupant. En plus, nous ne sommes pas aidés dans notre tâche par les élites. La solidarité fait encore défaut.

Y a-t-il des esquisses de solutions aux problèmes de cette commune ?

Nous souffrons beaucoup de l'enclavement. Banyo par exemple est proche d'ici. Mais pour y aller, il faut faire un détour par Tibati. Poli, chef-lieu du département du Faro, dans la région du Nord, est également à côté. Mais Galim-Tignère n'est pas la seule unité administrative du Faro et Déo qui souffre de ce problème d'enclavement.

Tous les arrondissements du département sont enclavés. Hormis les routes, l'eau et l'électricité constituent aussi de vives préoccupations. Pour ce qui est de l'électricité, une solution est en train d'être trouvée. Le gouvernement a lancé un grand projet d'électrification de la ville de Galim-Tignère, par panneaux solaires.

Cameroun

Kylian Mbappé - Élu Golden boy 2017

Voilà de quoi redonner du sourire à Kylian Mbappe qui a totalement raté son match dimanche dans le… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.