29 Mars 2017

Cote d'Ivoire: Valorisation simplifiée des déchets - Quatre entités s'inscrivent dans la démarche

Un accord multipartite a été signé, ce mercredi 29 mars, à Abidjan Plateau, entre la Chambre de commerce et d'industrie de Côte d'Ivoire (Cci-CI), la mairie de Grand-Bassam, l'Agence nationale de la salubrité urbaine (Anasur), et l'Association des hôteliers, restaurateurs, et agents du tourisme de Grand- Bassam (Horest), dans l'intention de créer une plateforme de traitement et de valorisation simplifiée de déchets dans la ville de Grand-Bassam.

Selon la ministre de la Salubrité, de l'environnement et du développement durable, dont le discours a été lu par son représentant (Dr Kamelan), la problématique des déchets solides ménagers et assimilés est aujourd'hui une réelle préoccupation en Côte d'Ivoire.

Ce « d'autant plus qu'uniquement pour le district autonome d'Abidjan, ce sont environ 3600 tonnes de déchets qui sont produits quotidiennement soit un peu plus de 1,3 millions de tonnes par an », avance-t-elle. De ce fait, elle s'est félicitée de ce projet, qui, selon elle, contribue au dynamisme du partenariat public privé en Côte d'Ivoire.

Pour le président de la Cci-CI, Faman Touré, le secteur du Tourisme et de l'Hôtellerie demeure l'un des axes prioritaires de sa mandature 2016-2022.Et le projet de valorisation simplifiée de déchets marquera, dit-il, la matérialisation d'une ambition partagée de la Mairie de Grand-Bassam et de Horest de faire de cette ville historique, une ville verte.

Mieux, « il marquera ainsi la naissance d'une économie circulaire pour la ville de Grand-Bassam. L'économie circulaire est une économie où, le déchet se fait ressources, devenant ainsi une matière première comme une autre, utilisée pour produire des biens, de l'énergie, du compost et bien d'autres choses », ajoute le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Côte d'Ivoire.

Au dire du maire de la ville Grand-Bassam, Georges Philippe Ezaley, sa commune a été première dans beaucoup de chose et l'une de leurs ambitions est de devenir demain la première ville durable de la Côte d'Ivoire.

« C'est pourquoi nous avons entrepris une démarche systémique à l'issue de la Cop 21, qui a permis à la ville de mettre une feuille de route dans la démarche du développement durable. Un expert avait recruté pour accélérer la mise en œuvre des projets dans ce sens. » a indiqué le maire.

Selon le président de Horest, M. Ouattara Alassane, avec ce projet, son groupement va amorcer un autre pan du tourisme made in Grand Bassam, en inscrivant leurs actions dans la dynamique du tourisme durable.

" La ville durable est pour nous, un cadre ou prennent sens, des projets collectifs relatifs au développement humain et à l'héritage qui sera légué aux générations futures, dont nous avons la responsabilité en tant qu'opérateurs économiques", fait-il remarquer.

Cote d'Ivoire

Bilan des 100 premiers jours du Premier ministre

Le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly a fait le bilan des 100 premiers jours de sa gouvernance ce jeudi 27 avril, au… Plus »

Copyright © 2017 Fratmat.info. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.