1 Avril 2017

Congo-Brazzaville: Kinoiseries - « Guégué », le buzz du moment

Nom inconnu jusque la semaine dernière, que l'on dit être celui d'un esprit de séduction, un démon, est devenu très à la mode depuis la polémique créée autour de « Sors au nom de Jésus ou de Guégué ! », une phrase désormais célèbre extraite de la chanson Tango Naye du pasteur Moïse Mbiye.

Voilà déjà une semaine que ce nom alimente toutes les conversations. Ceux qui se gardent de le porter à leurs lèvres l'ont au moins reçu ou écrit qui dans un mail, un texto, un twit, un message whatsapp ou sur un post de Facebook. C'est d'ailleurs là que tout a commencé.

Passés maîtres dans l'art de l'autodérision, les Kinois ont depuis lors sorti Guégué de son contexte initial ou supposé. Une photo de Koffi cirule avec le nom Vieux Guégué, les gens s'appelent affectuesement mon Guégué ou ma Guégué, il existerait même déjà une équipe de foot FC Guégué, etc. Mais le premier pas a été celui de « s'accorder » sur une nouvelle orthographe du nom qui est passé de « Güegüe » à « Guégué ». En effet, au départ, du moins selon le texte signé « Je suis votre frère l'évangéliste Ruthon Nzeza » qui a mis la puce à l'oreille des mélomanes en leur « révélant » l'existence de ce nom dans la courte phrase incise dans le texte « Sors au nom de Güegüe ! », il s'écrivait de la première manière. Jusqu'à ce que « cette révélation » fasse le tour des réseaux sociaux il semblait que nul ne l'entendait autrement que « Sors au nom de Jésus ! », ce qui colle au reste du texte qui cite le passage de la résurrection de Lazare sorti de sa tombe à l'appel de Jésus qui lui intima l'ordre de le faire tel que repris dans le passage biblique y afférant. En effet, il est écrit ceci dans Jean 11 : 43 : « Ayant dit cela, il cria d'une voix forte : Lazare, sors ! », le « il » se rapportant ici au Christ, Jésus.

Plusieurs mélomanes, chrétiens ou non, ont pris très au sérieux l'exhortation de l'évangéliste précité, que l'on tiendrait même plus pour une mise en garde quitte à ne plus écouter le premier titre du tout nouvel album du pasteur Moïse Mbiye, Héros. Le message a d'autant plus suscité de l'intérêt que la chanson Na tango Naye est un tube. Il faut dire au passage qu'elle est jouée à longueur de journée dans les médias et que les taximen et autres conducteurs de transports en commun ne s'en lassent pas. Et ce n'est pas tout, il n'est pas seulement repris dans les églises ou autres lieux de réjouissances de tous genres, surtout les mariages où il fait des ravages puisque son succès est observé jusque dans les boîtes de nuit, c'est dire qu'il ne plaît pas qu'aux chrétiens et cela devrait réjouir !

Si ceux qui se sont rangés du côté de l'évangéliste Ruthon, du moins ont prêté foi à ses déclarations, sont classés dans le rang des détracteurs de l'auteur de la chanson, il est un autre groupe de gens, qui eux, parlent de complot. Dès lors, les avis sont partagés à Kinshasa à ce propos. Néanmoins, un post Facebook signé Paule La lionne Kimuntu qui a pas mal circulé laisse entendre que dans la « version super compressée de la chanson tu entends guegue au lieu de Jésus » ne nie donc pas le fait que ce son existe. Et, le concerné lui-même s'est prononcé sur la question en postant la version a capella où l'on entend bien « Jésus » suivie d'une autre avec les instruments où une fois de plus le nom du Christ est audible.

Congo-Brazzaville

Bolloré opérationnalise le corridor Pointe-Noire/Brazzaville/Kinshasa

Le corridor Pointe-Noire/Brazzaville/Kinshasa en République démocratique du Congo (RDC) est fonctionnel… Plus »

Copyright © 2017 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.