2 Avril 2017

Burkina Faso: Projet de 40 000 logements sociaux - Les souscriptions débutent le 5 avril 2017

Le ministère de l'Urbanisme et de l'Habitat a tenu, les 31 mars et 1er avril 2017, à Ouagadougou, son premier conseil d'administration. A l'ordre du jour, la mise en œuvre effective du programme de construction de 40 000 logements sociaux et économiques, d'ici à 2020.

A partir du 5 avril 2017, les burkinabé de l'intérieur et de la diaspora, âgés d'au moins 21 ans, pourront souscrire au programme de construction de 40 000 logements sociaux et économiques.

Cette annonce a été faite au cours du Conseil d'administration du secteur ministériel (CASEM) de l'année du Ministère de l'Urbanisme et de l'Habitat (MUH) tenu les 31 mars et 1er avril 2017 à Ouagadougou.

La rencontre s'est penchée sur la contribution du département à la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES), à travers l'opérationnalisation du Programme national de construction des logements (PNCL).

Peuvent prendre part au programme, les travailleurs du public, du privé, les mutuelles et autres organisations socioprofessionnelles de travailleurs, les personnes disposant d'une parcelle et désireuse d'un accompagnement pour la construction. Du 5 avril au 5 mai 2017, les souscriptions se feront en ligne sur le site .

Dans les communes non couvertes par Internet, il sera autorisé des inscriptions dans les mairies desdites communes à travers des fiches.

« Ce programme va permettre l'accès à des logements sociaux, logements économiques, logements de hauts standings et à des appartements dans des immeubles (HLM) », a précisé le ministre de l'Urbanisme et de l'Habitat, Dieudonné Maurice Bonanet.

Pour lui, le PNCL s'inscrit dans l'axe II du PNDES, « développer le capital humain », dont l'un des objectifs est d'assurer pour tous l'accès à des logements décents. Le ministre Bonanet a admis qu'il s'agit d'un programme « très ambitieux », au regard de ce qui a été fait jusque-là.

Mais le but est de résorber le déficit en logements décents. « Nous sommes venus pour la rupture, nous allons nous donner les moyens d'atteindre ces ambitions d'ici à 2020 », a affirmé M. Bonanet. C'est pourquoi, il a sollicité l'adhésion de tous les acteurs pour la mise en œuvre du PNCL. Il a exhorté chaque « maillon de la chaîne » à jouer sa partition.

L'année 2017 marque également le passage au budget-programme, une approche orientée vers la recherche de la performance. Les deux jours de réflexion ont servi de cadre aux participants au CASEM de se familiariser avec ce nouvel outil de gestion des finances publiques.

Burkina Faso

Affaire Thomas Sankara - Des Osc françaises et burkinabè interpellent la France

Des représentants d'organisations de la société civile burkinabè et française… Plus »

Copyright © 2017 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.