9 Avril 2017

Comores: Incidents lors de la session parlementaire

Aux Comores, l'ouverture vendredi 7 avril de la session parlementaire sous haute tension a fait éclater tous les désaccords et peut-être même les alliances politiques. Les leaders des partis de l'opposition doivent rencontrer deux présidents de groupes parlementaires ce lundi matin 10 avril. Les différents partis cherchent ensemble une solution afin de ne plus revivre les scènes de pugilat de vendredi dans l'hémicycle. Précisions sur les enjeux de ce contentieux.

En plus des députés élus, trois conseillers de chaque île siègent à l'Assemblée nationale. Sur l'île d'Anjouan, une liste de trois conseillers signée par le doyen d'âge contredit le procès-verbal signé par le président du conseil de l'île comme il est légalement prévu.

Par ailleurs, les conseillers désignés par le PV sont membres ou proches du parti Juwa, le parti de l'ancien président Sambi qui avait apporté tout son soutien à l'élection du président Azali Assoumani. Quand le président de l'Assemblée nationale désavoue les conseillers de l'île d'Anjouan membres de Juwa, les députés du parti présents dans l'hémicycle s'insurgent et crient à la trahison.

La situation s'envenime et une bagarre générale éclate forçant le ministre de l'Intérieur à séparer physiquement certains députés. La reprise de la session parlementaire est impossible en l'état. Deux présidents de groupes parlementaires recevront les leaders des partis de l'opposition, l'UPDC, le Radhi et le RDC dans la matinée. Mais tant que la Cour constitutionnelle n'aura pas statué sur la légitimité des conseillers de l'île d'Anjouan siégeant à l'Assemblée nationale, les vrais débats ne reprendront pas.

Comores

Les conséquences du remaniement ministériel

A Moroni, l'annonce ce lundi 17 juillet du nouveau gouvernement du président Azali a officialisé la… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.