9 Avril 2017

Ile Maurice: Feuilleton Ameenah Gurib-Fakim-Álvaro Sobrinho - Nouvel épisode

Photo: Dr. Ameenah Gurib-Fakim, la présidente mauricienne et le Dr Álvaro Sobrinho.
Dr. Ameenah Gurib-Fakim, la présidente mauricienne et le Dr Álvaro Sobrinho.

Les protagonistes: la présidente de la République et l'homme d'affaires angolais. Les deux se retrouvent au cœur d'une série pleine de rebondissements. La dernière polémique en date : Ameenah Gurib-Fakim serait intervenue auprès de la Financial Services Commission (FSC) pour faciliter les procédures afin qu'Álvaro Sobrinho puisse obtenir rapidement les licences requises pour l'implantation de ses compagnies à Maurice.

La présidente aurait même eu une conversation téléphonique avec Roshi Bhadain au sujet desdites licences. C'est l'ancien ministre de la Bonne gouvernance lui-même qui l'a confirmé sur les ondes d'une radio privée, samedi 8 avril.

Echanges de mails

La présidente aurait en outre suivi les échanges de mails entre Akilesh Deerpalsingh, ancien vice-président de la FSC et le no 2 de la compagnie Alavaro Sobrinho Africa (ASA), Mauricio Fernandes, toujours au sujet des licences. Allant jusqu'à exprimer son appréciation lorsque la FSC a donné son aval.

D'autre part, l'affaire Sobrinho faisait également l'objet de la Private Notice Question au Parlement, mardi. Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, a alors affirmé que c'est suite à la demande du secrétaire de la présidente que le milliardaire angolais a eu accès au VIP Lounge de l'aéroport. À 31 reprises... Qui plus est, Dass Appadu, l'ancien Chief of Operations de la State House - qui a par la suite pris de l'emploi au sein d'une des compagnies d'Álvaro Sobrinho - aurait eu droit à une des berlines qu'Álvaro Sobrinho avait achetées pour ses employés.

«Close friends»

Sur le blog de celui qui se définit comme un philanthrope, Álvaro Sobrinho et Ameehan Gurib-Fakim sont décrits comme étant des «close friends». Sur Internet, les premières traces de leur amitié remontent à 2015, année lors de laquelle la présidente a été nommée vice-présidente de Planet Earth Institute (PEI). À l'époque, l'organisation était présidée par Álvaro Sobrinho lui-même. En 2015 toujours, les deux amis sont ensemble à Londres pour lancer la «Unconference #ScienceAfrica», centrée sur les discussions concernant l'avenir de l'Afrique.

Le 15 septembre 2016, les deux se retrouvent encore une fois dans la même ville, pour la même raison. Mais ils se sont vus quelques mois plus tôt, soit en mars, toujours à Londres. La présidente était invitée par l'université de Surrey pour recevoir une décoration honorifique. Elle en profite pour rendre visite à ses amis du PEI.

Álvaro Sobrinho et Ameenah Gurib-Fakim se sont revus en avril lors d'une rencontre entre la direction et les membres du PEI. Aujourd'hui, ils sont respectivement «trustee» et «patronne honorifique» de l'institut.

Omniprésente sur le site de PEI

Sur le site de PEI, la présidente de la République est omniprésente. Ses déplacements bénéficient d'une large couverture. L'on se souvient que dans le sillage de la controverse entourant les voyages de la présidente, PEI s'est fendu d'un communiqué de presse «à la gloire» d'Ameenah Gurib-Fakim.

La présidente de la République figure par ailleurs dans tous les classements établis par PEI; African Heroes 2015, African Heroes 2016, le Top 10 de 2015 par Álvaro Sobrinho, Five most influent African women in STEP. Même les interventions d'Ameenah Gurib-Fakim en tant que présidente de la République de Maurice sont plébiscitées sur le site web de l'institut. Le logo de la République de Maurice - trop pixelisé - avait aussi été repris par le site lors de la nomination d'Ameenah Gurib-Fakim à son poste au sein de l'institut.

Women's Forum

Álvaro Sobrinho était en outre présent lors du Women's Forum, organisé par Ameenah Gurib-Fakim les 20 et 21 juin 2016. Bien qu'il ne soit pas une «woman», il a participé activement à cette réunion. Álvaro Sobrinho y a notamment présidé le CEO Championships Lunch...

Nous avons essayé d'avoir une réponse de la présidente de la République, qui est en voyage aux États-Unis, par rapport aux nouveaux développements survenus dans l'affaire Sobrinho. Peine perdue, elle semble s'être murée dans le silence.

La présidente à Harvard

C'est en sa capacité de chef d'État d'Africain qu'Ameenah Gurib-Fakim s'est adressée à l'assistance présente dans l'enceinte de la prestigieuse université de Harvard, aux États-Unis, vendredi 7 avril. La présidente s'est appesantie sur les défis qui guettent le continent noir. Citant Maurice, elle a mis l'accent sur les mesures qui ont été prises pour que le pays sorte «de la tyrannie de l'isolation et participe aux affaires au niveau continental». Parmi les autres sujets évoqués : le changement climatique et la recherche. «L'Afrique ne compte que 198 chercheurs pour un million d'habitants. Mais il y a de l'espoir car les secteurs publics et privés ont commencé à se tourner vers la recherche.»

Courriels : la série continue

Mauricio Fernandes était en contact avec le gouvernement avant l'accession d'Ameenah Gurib-Fakim à la présidence. C'est ce que révèle le nouveau mail, que nous reproduisons.

Le 5 mai 2015, le Chief Executive Officer de Planet Earth Institute a envoyé ce courriel à Dev Phokeer, alors secrétaire permanent au ministère de la Technologie, de la Communication et de l'Innovation. Pour rappel, c'est Pravind Jugnauth qui occupait ce fauteuil à l'époque.

Le courriel en question parle d'un projet bancaire ayant comme point d'orgue des investissements dans ce secteur. Il était prévu qu'Álvaro Sobrinho rencontre par la suite Pravind Jugnauth et le gouverneur de la Banque de Maurice, Ramesh Basant Roi.

La réponse de Dev Pokheer est arrivée plus d'un mois après, soit le 11 juin 2015. Ce dernier parle de l'élaboration du «National Innovation Framework» et souhaite savoir comment se porte le projet d'investissement.

Une source proche du dossier affirme que Dev Phokheer avait effectivement rencontré Mauricio Fernandes. «Mais il n'a fait que jouer les intermédiaires entre le ministère de la Technologie et celui de la Bonne gouvernance, car les services financiers étaient gérés 'là-bas'». Toutefois, précise notre interlocuteur, Pravind Jugnauth a démissionné le 30 juin 2015. «Roshi Bhadain a alors assuré l'intérim au ministère.»

En savoir plus

Alan Ganoo demande à Ameenah Gurib-Fakim de démissionner

«Les révélations du Premier ministre Pravind Jugnauth au Parlement montrent que la présidente… Plus »

Copyright © 2017 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.