10 Avril 2017

Congo-Kinshasa: L'appel à manifester de l'opposition se transforme en journée ville morte

Photo: Radio Okapi/Ph. John Bompengo
Sur le boulevard Lumumba dans le district de la Tshangu à Kinshasa, le10/04/2017.

Le Rassemblement de l'opposition a appelé à manifester ce lundi 10 avril contre le président Joseph Kabila. La nomination du nouveau Premier ministre Bruno Tshibala, dissident de la plateforme, n'a pas calmé les tensions.

Au contraire, le Rassemblement de l'opposition accuse le président congolais de « mauvaise foi » et de ne pas respecter l'accord du 31 décembre 2016 sur le partage du pouvoir. Finalement, cette journée de mobilisation ressemble plutôt à une journée ville morte dans la capitale.

A Kinshasa, toutes les activités tournaient au ralenti, ce lundi en début d'après-midi. Peu de circulation sur les routes, tous les commerces n'ont pas ouvert. Les bureaux de l'administration publique ont été désertés pour la plupart.

En revanche, des éléments de la police ont été déployés en grand nombre dans les quartiers pour empêcher tout regroupement de la population et des véhicules anti-émeutes sillonnent des artères. D'autres sont positionnés dans des endroits stratégiques.

« C'est une nouvelle journée ville morte telle que nous l'avons voulue », a réagi par téléphone Pierre Lumbi, le président du conseil des sages et du Rassemblement et chef de file du G7 (plateforme de ceux qui ont quitté la majorité présidentielle).

Selon Pierre Lumbi, les organisateurs ont voulu éviter la collision frontale avec les forces de l'ordre. Le Rassemblement des forces acquises au changement a en effet appelé à des manifestations pacifiques pour exiger l'application de l'accord de la Saint-Sylvestre.

Cette frange, la plus radicale de l'opposition, ne se reconnait pas en Bruno Tshibala, qui vient d'être nommé Premier ministre par le président Joseph Kabila.

Dans le reste du pays, on signale des arrestations à Bukavu, Goma, Kindu, Lubumbashi ou encore Mbuji-Mayi. Il s'agit pour l'essentiel de cadres ou militants du Rassemblement de l'opposition qui cherchaient à se réunir avant la marche de protestation.

Pour le porte-parole de la police nationale congolaise, il ne s'agit là que d'interpellations administratives. Après déposition, les autorités politico-administratives décideront s'il faut ou non les élargir.

La police qui avait rappelé l'interdiction de manifester ou même de se rassembler, se félicite de l'absence de violences. Elle insiste : jusqu'ici, pas de mort, ni de blessé.

En savoir plus

Mbuji-Mayi - La police étouffe la marche du Rassemblement de l'opposition

La marche prévue par le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement a… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.