11 Avril 2017

Bénin: Patrice Talon - «Anachronique», «chantage»... sévères critiques

Suite au rejet de l'Assemblée nationale du projet de révision de la Constitution, le président Patrice Talon a annoncé sur les antennes de RFI son intention d'abandonner ce projet. Le président revient aussi sur l'une de ses promesses de campagne, à savoir l'instauration d'un mandat unique du chef de l'Etat. Une annonce qui suscite scepticisme et déception dans l'opposition. 

Pour Eugène Azatassou, le coordonnateur de l'Alliance des Forces Cauris pour une Bénin émergent (FCBE), le président Talon semble « fâché », c'est le terme qu'il utilise. « C'est l'attitude de quelqu'un qui se sent contrarié, explique t-il à RFI, qui fait du chantage, du chantage notamment par rapport à 2021.

2021 ce n'est pas un problème pour nous autres, poursuit Eugène Azatassou, 2021 c'est un problème pour ceux avec qui il a signé un document...

Ce n'est écrit nulle part pour l'instant qu'il doit faire un mandat unique. C'est lui qui l'a promis. On n'est pas fiers d'avoir un président de la République qui promet et qui remet sa promesse en cause aussi vite de cette manière, un président qui dit à tout le monde - à l'intérieur comme à l'international - qu'il signe un document avec ses partenaires et qui revient là-dessus de cette manière, ce n'est pas bon ».

« anachronique et inopportune »

Pour Victor Topanou, professeur en sciences politiques, la déclaration présidentielle est « anachronique »

« Le président de la République à travers cette intervention montre bien qu'il n'a pas tiré tous les enseignements de ce vote. Je trouve son intervention anachronique et inopportune, lâche le politologue.

Anachronique parce qu'elle vient après le vote, pour expliquer un certain nombre d'options qu'il a faites et que personne ne partageait, mais en plus et surtout, inopportune parce qu'elle donne l'occasion d'exprimer une vengeance vis-à-vis des Béninois.

On ne dit pas à son peuple : parce que vos représentants à l'Assemblée nationale ont rejeté mon projet de loi, vous allez devoir me subir pendant dix ans. En disant 'maintenant je vais aviser' etc., il perd toute crédibilité au regard de sa population.

Et ceci vient s'ajouter au fait que déjà dans l'esprit des Béninois, à tort ou à raison, on a le sentiment que le président de la République a voulu faire un passage en force. C'est ça qui est particulièrement choquant dans l'histoire ».

Bénin

Régis Ezin, le serial entrepreneur béninois qui veut exporter le Kluiklui dans toute l'Afrique

A juste 31 ans, Régis Ezin est un des grands innovateurs du Bénin. Il s'est donné l'objectif de… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.