11 Avril 2017

Libye: Des migrants africains auraient été vendus sur des 'marchés d'esclaves', selon l'OIM

Photo: UN NEWS
Un jeune homme attend dans un centre de transit de l’OIM à Agadez, au Niger.

Des centaines de migrants le long des routes de migration en Afrique du Nord sont achetés et vendus sur des 'marchés d'esclaves' en Libye, ont déclaré des survivants à l'agence des Nations Unies sur les migrations.

L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a sonné l'alarme mardi après que son personnel au Niger et en Libye a enregistré au cours du week-end des témoignages choquants de victimes originaires de plusieurs pays africains, dont le Nigéria, le Ghana et la Gambie.

Des employés du bureau de l'OIM au Niger ont signalé le sauvetage d'un migrant sénégalais qui est rentré chez lui cette semaine après avoir été détenu pendant des mois.

Selon le témoignage du jeune homme, alors qu'il essayait de voyager vers le nord à travers le désert du Sahara, il est arrivé à Agadez, au Niger, où on lui a demandé de payer environ 320 dollars pour continuer vers le nord, en Libye. Un trafiquant lui a fourni un logement jusqu'au jour de son départ.

Quand le véhicule qui le transportait a atteint Sabha, dans le sud-ouest de la Libye, le conducteur a affirmé qu'il n'avait pas été payé par le trafiquant et a conduit les migrants dans un parking où le jeune homme a été le témoin d'un marché d'esclaves.

« Des Libyens vendaient et achetaient des migrants subsahariens, avec le soutien de Ghanéens et de Nigérians qui travaillaient pour eux », a indiqué le personnel de l'OIM au Niger.

AUDIO: Giuseppe Loprete, Chef de mission de l'OIM au Niger explique comment ils ont obtenu ces récits; Crédit: OIM

« Les récentes informations sur les 'marchés d'esclaves' pour les migrants peuvent être ajoutés à une longue liste de choses scandaleuses en Libye », a déclaré Mohammed Abdiker, le chef des opérations et des situations d'urgence de l'OIM.

« Les migrants qui se rendent en Libye pour tenter de rejoindre l'Europe n'ont aucune idée de la torture qui les attend au-delà de la frontière », a déclaré le porte-parole de l'OIM à Genève, Leonard Doyle. « Ils deviennent des produits à acheter, à vendre et sont mis au rebut lorsqu'ils n'ont plus de valeur ».

« Pour faire passer le message en Afrique concernant ces dangers, nous enregistrons les témoignages de migrants qui ont souffert et les diffusons sur les médias sociaux et sur les radios FM locales », a-t-il ajouté.

En savoir plus

Promotion de la migration légale et réduction des départs clandestins vers l'Ue

Plus de 230.000 ressortissants sénégalais résidaient de façon régulière en… Plus »

Copyright © 2017 UN News Service. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.