12 Avril 2017

Sénégal: Quinzaine nationale de la Femme - l'Acte 3 du PSE, une alternative pour l'autonomisation

Le Centre culturel Blaise Senghor a abrité hier, mardi 11 avril, la cérémonie de lancement de la quinzaine de la femme qui se tiendra, cette année, du 02 au 21 mai 2017. Placée sous le thème «PSE, un levier essentiel pour l'autonomisation des femmes», cette quinzaine sera un moment propice pour le ministère de la Femme, de la Famille et de l'Enfance et des organisations féminines du Sénégal, pour se pencher et trouver des solutions par rapport à l'autonomisation des femmes et leurs implications dans les organes de prise de décision.

La quinzaine nationale de la femme constitue un temps fort de mobilisation et de communion qui donne l'occasion aux femmes de mesurer les avancées enregistrées dans leurs domaines d'activités, d'identifier les difficultés rencontrées au sein de ceux-ci mais aussi de réfléchir sur les perspectives à mettre en place afin d'améliorer leurs conditions de vie.

L'édition de cette année, une première depuis 2010, est prévue du 02 au 21 mai 2017 et a pour thème «PSE, un levier essentiel pour l'autonomisation des femmes».

Lors de la cérémonie de lancement hier, mardi 11 avril 2017 au Centre culturel Blaise Senghor, le ministre de la Femme, de la Famille et de l'Enfance, Mariama Sarr, a expliqué que «les objectifs visés par ce temps fort de mobilisation de toutes les femmes sont de renforcer les capacités des femmes à prendre conscience de leurs droits civiques, de contribuer à la communication et à la sensibilisation, afin d'améliorer leur condition de vie, gage de la promotion d'un bien-être familial et social», a informé Mariama Sarr.

Cadrant avec le Programme Sénégal Emergent (PSE) dans son acte 3 intitulé «Gouvernance, Institutions, Paix et Sécurité» et qui consiste à autonomiser et à promouvoir la femme et la jeune fille, la quinzaine de la femme se veut le point de départ vers une meilleure implication des femmes dans les organes de prise de décisions.

Ce qui fait dire au ministre de la Femme, de la Famille et de l'Enfance que «l'autonomisation et la promotion de la femme ne peut se faire sans le renforcement des capacités des institutions et des collectivités locales à intégrer le genre dans les politiques publiques, sans l'amélioration du dispositif juridique de protection des femmes et de la petite fille ou encore sans le renforcement du leadership des femmes et de leurs capacités entrepreneuriales pour une croissance inclusive», a-t-elle ajouté.

20 MILLIONS A LA LAUREATE DU GRAND PRIX DU CHEF DE L'ETAT POUR LA PROMOTION DE LA FEMME

Revenant par ailleurs sur l'importance que son ministère accorde au rôle considérable de la femme dans le développement du pays dans tous ses secteurs d'activités et pour motiver les femmes à se surpasser, le ministre de tutelle Mariama Sarr a annoncé «la récompense de 20 millions pour le Grand prix du chef de l'Etat destiné à la promotion de la femme».

Pour rappel, les Nations Unies ont consacré le 08 mars comme journée dédiée à la réflexion sur des problèmes des femmes du monde depuis 1977.

Le Sénégal, pour sa part, a pris l'option, depuis la décennie 1975-1985, de promouvoir le développement de la femme à travers la mise en place de stratégies portant sur la création de mécanismes nationaux à l'image de la création, par décret, de la quinzaine nationale de la femme.

Sénégal

Tivaouane fait allégeance à Serigne Mbaye Sy Mansour

Tivaouane a un nouveau Khalife général. Serigne Babacar Sy dit Mbaye Sy Mansour a été… Plus »

Copyright © 2017 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.