17 Avril 2017

Afrique: Diplomatie - La Gambie et le Congo raffermissent leurs relations

Le nouveau président gambien, Adama Barrow, qui avait pris ses fonctions en février dernier, a effectué une visite de travail les 14 et 15 avril à Brazzaville. A cette occasion, il a eu des entretiens en tête-à-tête avec son homologue congolais, Denis Sassou N'Guesso. Ce large échange de vues a été consacré aux questions bilatérales, régionales et internationales.

Les deux chefs d'Etat se sont notamment réjouis de l'excellence des relations qui existent entre le Congo et la Gambie. Ils ont « convenu de renforcer ces relations dans l'intérêt des deux pays et des peuples: gambiens et congolais », selon un communiqué de presse rendu public à la fin de cette visite.

Le président Denis Sassou N'Guesso a saisi cette occasion pour renouveler ses félicitations au nouveau président gambien, suite à sa « brillante élection à la magistrature suprême de son pays ». Il a salué « l'organisation réussie » des élections législatives en Gambie, remportées à la majorité absolue par le Parti démocratique unifié d'Adama Barrow, formation politique d'opposition à l'ancien président gambien, Yahya Jammeh. Il s'agissait d'un premier scrutin depuis la fuite de Yahya Jammeh.

Adama Barrow a, quant à lui, édifié son homologue congolais sur l'évolution de la situation dans son pays. Il a loué l'action du chef de l'Etat congolais « en faveur de la résolution des crises, particulièrement son rôle de président du Comité de haut niveau de l'Union africaine sur la Libye, tout en lui assurant de son soutien dans l'accomplissement de son mandat ».

La persistance des crises dans certains pays, notamment au Soudan du Sud, en République démocratique du Congo, au Burundi et en République centrafricaine a retenu également l'attention des deux chefs d'Etat. A ce sujet, « ils ont exhorté l'ensemble des acteurs impliqués à privilégier le dialogue pour garantir la paix et la stabilité ».

Adama barrow et Denis Sassou N'Guesso ont également « renouvelé leur profonde préoccupation face à la montée du terrorisme, qui menace la paix et la sécurité et hypothèque les efforts de développement ». Ils ont réaffirmé « leur détermination à lutter avec l'ensemble de la communauté internationale, contre ce fléau ». Les deux persnnalités ont aussi réaffirmé leur attachement à la position commune africaine sur la réforme du Conseil de sécurité de l'ONU, conformément au consensus d'Ezulwini et sur d'autres sujets d'intérêt pour l'Afrique.

Les jeunes présidents devraient apprendre de l'expérience des anciens chefs d'Etat

Interrogé le jour de son arrivée dans la capitale congolaise sur les raisons de son déplacement au Congo, quelques semaines après son investiture, le président gambien a dit que sa visite s'inscrivait dans le cadre de la solidarité africaine. « La motivation de mon voyage au Congo est très claire : le président Denis Sassou N'Guesso a une longue expérience, et en tant que nouveau président d'un pays (... ), d'une nouvelle démocratie, il était important pour moi de le rencontrer afin d'apprendre de son expérience », a-t-il confié. « Nous avons des gens qui ont l'expérience, qui ont été aux affaires pendant très longtemps, tous les jeunes présidents devraient apprendre auprès d'eux », a expliqué Adama Barrow, ajoutant que le chef de l'Etat congolais « pourrait être un excellent conseiller ».

Le président gambien a souligné que l'expérience des autorités congolaises peut effectivement aider les Gambiens à se réconcilier. « Je pense que le Congo est un bon exemple et pourrait aider dans le sens où ce pays a vécu une situation quelque peu similaire à celle de la Gambie », a relevé le président gambien, précisant que cela « pourra l'aider à faire face à un certain nombre de choses ».

S'agissant de la situation politique dans son pays, notamment en ce qui concerne l'organisation des élections législatives annoncées le 7 avril dernier, Adama Barrow a dit qu'il ne ménagera aucun effort pour répondre aux attentes de la population. « Nous nous battons pour la démocratie et nous pensons que nous ne pouvons pas changer de calendrier », a assuré le président gambien. « Nous nous sommes engagés pour la démocratie et le changement et à ce titre, nous n'avons donc pas d'autres choix que de maintenir ce qui avait été décidé », a-t-il conclu.

Gambie

Une nouvelle génération d'avocats pleine d'espoir

Une cinquantaine d'avocats gambiens ont été formellement intronisés, ce jeudi, à Banjul,… Plus »

Copyright © 2017 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.