17 Avril 2017

Burkina Faso: Passation de service à la CAMEG - Charlemagne Gnoula prend ses quartiers

C'est désormais chose faite : la Centrale d'achat des médicaments essentiels génériques (CAMEG) a un nouvel administrateur provisoire en la personne du Dr Charlemagne Gnoula. Il a pris la place du directeur général sortant, Jean Chrysostome Kadéba. Le directeur entrant aura la lourde tâche d'assurer une transition de 6 mois durant laquelle il va s'atteler à la relecture des textes de l'association et organiser le recrutement d'un nouveau directeur général par appel à candidatures.

La CAMEG, longtemps prise dans un tumulte juridico-judiciaire, est enfin espérons-le, sur la voie pour retrouver ses repères. C'est du moins ce que laisse présager cette nomination d'un administrateur provisoire.

La passation de service a connu deux importants moments : d'abord, l'ensemble du conseil d'administration, avec à sa tête Lansandé Bagagné, a officiellement installé l'administrateur provisoire, le Dr Charlemagne Gnoula qui était en service à la pharmacie du CHU Blaise-Compaoré ; ensuite, après ce rituel, le directeur sortant Jean Chrysostome Kadéba et le directeur entrant, Charlemagne Gnoula, ont discuté avec le personnel.

L'un pour dire au revoir, s'excuser et faire son mea-culpa, l'autre, pour solliciter l'accompagnement de ses collaborateurs en vue de mener à bon port le navire après la tempête.

Jean Chrysostome Kadéba, le directeur général sortant, a fait le bilan global de 2016. A l'entendre, les ventes de produits pharmaceutiques se sont élevées à 40 368 773 107 F CFA au 31/12/2016 contre 36 041 972 392 F CFA en 2015, soit une variation positive de 4 326 800 715 F CFA avec un taux de satisfaction moyen des commandes dans le cadre de la gratuité des soins qui était de 65,58%. « Nous sommes contents que cette crise prenne fin », a-t-il terminé.

Le directeur général entrant, Charlemagne Gnoula, a expliqué qu'il mesurait tout le poids de cette fonction, car la CAMEG a traversé une crise d'adolescence.

« Pour ce qui est de la relecture des statuts, il faut que le processus soit inclusif, qu'on privilégie la concertation car au sein de l'association CAMEG, nous avons plusieurs associés constitués des partenaires techniques et financiers, du gouvernement, des consommateurs. Il faut savoir comment chaque entité entend voir évoluer l'association et établir avec tous les acteurs au finish, un contenu et une forme juridique », a-t-il conclu.

Pour le président du Conseil d'administration, Lansandé Bagagné, ils sont dans la dynamique d'une sortie de crise dans la mesure où tous les organisateurs de cette rencontre ont fait prévaloir la communication et le dialogue pour que la situation d'aujourd'hui soit différente de celle d'hier.

« Ma mission va consister en la gestion de la politique générale de la centrale définie par les autorités compétentes conformément à la convention qui a été signée par les différents acteurs afin que les objectifs soient atteints.

Une fois que les différentes parties ont accepté de faire des concessions, cela signifie que l'équipe mise en place va travailler pour l'intérêt des populations », a-t-il confié.

Le PCA a rappelé également que la crise traversée par la centrale a impacté les acteurs internes et externes. « Il faut que le nouveau DG, appuyé par l'ensemble du personnel et du Conseil d'administration, travaille à remettre tout ce beau monde en confiance et à garantir l'accessibilité géographique et financière du médicament au Burkina Faso», a-t-il dit.

Burkina Faso

Plaidoyer pour le retour de Blaise Compaoré au pays

Les responsables du Rassemblement des Organisations de la société civile contre la déstabilisation… Plus »

Copyright © 2017 L'Observateur Paalga. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.