13 Avril 2017

Nigeria: Deux ans - Bilan mitigé de Muhammadu Buhari

Il y a deux ans, personne n'avait parié sur la victoire de Muhammadu Buhari. L'actuel chef de l'Etat nigérian a été le premier candidat de l'opposition à battre un président sortant, candidat à sa propre succession.

Avec 54 % de voix, Muhammadu Buhari a battu le Président Goodluck Jonathan, qui n'a recueilli que 45%. Et pour cause, la colère des Nigérians était grande contre Jonathan. Son gouvernement semblait impuissant face à la terreur du groupe Boko Haram. Les islamistes avaient instauré un califat dans le nord du pays, terrorisé les populations et contraint plus de 2,6 millions de personnes à abandonner maisons, champs et bétail pour échapper aux exactions de Boko Haram.

Muhammadu Buhari a redressé la situation

"L'armée nigériane a pu combattre avec succès Boko Haram", affirme Wolf Kinzel de la fondation allemande Science et Politique - SWP: "Les islamistes n'ont plus le contrôle d'un territoire, ils ne combattent plus comme une armée. Ils ne sont plus en mesure de mener des combats ouverts avec les forces de sécurité. On ne peut pas obtenir de meilleurs résultats" a déclaré Wolf Kinzel lors d'une conférence organisée par la fondation Konrad-Adenauer.

Le général-major Lucky Irabor dirige l'opération "Lafiya Dole" - la paix par tous les moyens - qui a affaibli de manière significative le groupe terroriste. Dans une interview accordée à la Deutsche Welle, il déclare que : "Boko Haram n'a plus la capacité de mener des attaques comme dans le passé". Et de poursuivre: "Nous pouvons reprendre le contrôle de tous les Etats qui étaient entre les mains du groupe islamiste et où ils voulaient installer leur califat".

Boko Haram affaibli mais pas battu

Battu, le groupe islamiste Boko Haram est loin de l'être. "Il y a presque tous les jours des exactions et des attentats suicides " estime Hildegard Behrendt-Kigozi, directrice de la fondation Konrad-Adenauer au Nigeria. Fin mars, le groupe terroriste a enlevé 22 femmes et jeunes filles. Cette opération rappelle l'enlèvement, il y a trois ans, de 276 écolières de Chibok. Elles avaient fait la Une des médias du monde entier. Près de 200 jeunes filles sont toujours entre les mains de Boko Haram: "Nous espérons obtenir la libération de chacune d'elles" souligne le général-major Lucky Irabor: "Jusqu'à présent, nous avons pu libérer plus de 30.000 autres otages".

En revanche, la lutte contre Boko Haram ne peut se faire seulement avec des armes: "Boko Haram a été fondé sur une base religieuse, mais son expansion a aussi des raisons liées à la situation socio-économique dans laquelle vivent de nombreux jeunes", estime le prêtre nigérian George Ehusani. Avec son organisation Lux Terra Leadership, il aide les victimes de la terreur de Boko Haram. Plus les conditions de vie des jeunes s'améliorent, plus ils ont du travail ou peuvent aller à l'école, "plus les islamistes auront du mal à les recruter facilement" dit le père Ehusani. Mais, déplore-t-il, l'élite politico-économique du Nigeria ne veut pas prendre conscience de l'écart entre pauvres et riches.

Un autre foyer conflit menace de nouveau le Nigeria. Depuis plusieurs années, des attentats sont perpétrés par des rebelles dans le Delta du Niger, le coeur de l'industrie pétrolière du Nigeria. Les groupes rebelles accusent les compagnies pétrolières de détruire l'environnement et de porter atteinte à la qualité de vie des populations. Le gouvernement de Goodluck Jonathan versait des subventions mensuelles aux rebelles qui acceptaient de déposer les armes. Depuis son arrivée au pouvoir, Muhammadu Buhari a arrêté le versement de cette cagnote. Ce qui semble réveiller les vieux demons dans la région.

Mesures symboliques dans la lutte contre la corruption?

Dans la lutte contre la corruption, le bilan du président Muhammadu Buhari n'est pas moins mitigé. L'actuel chef de l'exécutif nigérian s'était déjà fait un nom dans la lutte contre la corruption lors de son passage à la tête de l'Etat de 1983 à 1985 . C'était après un coup d'Etat militaire. "Son intégrité personnelle a été déterminante pour sa victoire en 2014 ", pense George Ehusani. Au lendemain de sa victoire, Muhammadu Buhari avait promis de mener une lutte farouche contre la corruption. A cette fin, il a assumé lui-même la fonction de ministre du pétrole. Le secteur est réputé particulièrement corrompu.

En 2016, dans l'index de la corruption publié par l'ONG Transparency International, le Nigeria occupait la 136ème place sur 176 pays dans le monde. Il occupait exactement la même place deux ans auparavant. Jusqu'à maintenant Muhammadu Buhari n'a pu prendre que des mesures symboliques contre la corruption, explique le père Ehusani: "Beaucoup de Nigérians sont frustrés à cause de la lenteur". Mais la faute n'en revient pas seulement au président Buhari.

Le blocage du Sénat

En mars, le Sénat a bloqué la nomination d'un nouveau chef à la tête de l'organisme public contre la corruption. Aux yeux de nombreux observateurs, ce rejet par le Sénat est un échec pour le Président Buhari. Ils pensent que beaucoup de parlementaires ne veulent pas d'une administration efficace - parce qu'ils sont eux-mêmes impliqués dans des affaires de corruption.

Il reste que pour la bataille politique, Muhammadu Buhari manque vraisemblablement de force. Début mars, il a rejoint Abuja après quelques mois passés à Londres pour des raisons de santé. Selon les médias locaux, le président était tellement faible à son retour qu'il ne pouvait travailler que quelques heures par jour. Mais en dépit de l'insatisfaction suscitée par le gouvernement Buhari, "il est totalement irréaliste d'attendre d'un président qu'il change, en deux ans, un pays corrompu jusqu'à la moelle". "C'est un exercice qui prendra une à deux générations", selon Wolf Kinzel.

Nigeria

La Suisse restitue au Nigeria des fonds détournés par le dictateur Sani Abacha

La Suisse a annoncé qu'elle allait restituer au Nigeria environ 321 millions de dollars détournés… Plus »

Copyright © 2017 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.