18 Avril 2017

Mali: Nouvelle attaque terroriste meurtriere - Comité d'accueil sanglant pour Abdoulaye Idrissa Maïga

Photo: UN
Minusma

Au Mali, les attaques terroristes se suivent et se ressemblent. C'est le moins que l'on puisse dire, tant le modus operandi est le même.

En effet, après l'attaque de la base militaire de Gao qui avait laissé plusieurs morts sur le carreau, les djihadistes viennent encore de faire parler d'eux en s'attaquant à un camp de l'armée malienne à Gourma Rharous, du nom de cette localité d'accès difficile, située à 120 km à l'Est de Tombouctou.

C'était dans la nuit du 17 au 18 avril dernier, selon le porte-parole de l'armée malienne qui ajoute sans autre précision que des pertes en vies humaines ont été enregistrées.

Mais de sources non encore officielles, l'armée a perdu quatre militaires et de nombreux véhicules ont été calcinés. Pour un accueil sanglant, c'en est un pour le nouveau Premier ministre Abdoulaye Idrissa Maïga qui, il y a à peine une semaine, était officiellement installé dans ses fonctions.

Au-delà de la grogne sociale caractérisée par des grèves tous azimuts, qui semble quelque peu retombée suite à un accord trouvé entre le gouvernement et les syndicats, la sécurité demeure un défi de taille que devra travailler à relever le successeur de Modibo Kéita.

Il faut redoubler de vigilance et passer à l'offensive

Et cette attaque meurtrière est la preuve que son séjour à la primature ne sera pas de tout repos. Pas de répit ni d'état de grâce avec les djihadistes qui ne laissent jamais échapper la moindre occasion pour frapper là où on les attends le moins ; eux qui, du reste, ne font guère mystère de leur volonté de faire capoter le processus de paix en cours.

A preuve, en plus des forces armées maliennes, la MINUSMA fait également état d'une attaque, le même jour, contre un véhicule d'un de ses convois logistiques qui a « heurté un engin improvisé ou une mine à environ 30 km au Sud de Tessalit ».

Le bilan provisoire est de trois blessés graves dont deux Casques bleus et un civil. En tout cas, tous ceux qui en doutaient doivent désormais se convaincre d'une chose : l'ennemi a été affaibli mais pas totalement vaincu.

Et le chef de la MINUSMA, Mahamat Saleh Annadif, ne dit pas autre chose quand il s'indigne en ces termes : « Il n'y a presque pas un jour où l'on ne reçoit pas de rapports sur des actes abominables de terrorisme commis par les ennemis de la paix et les ennemis de ce pays (le Mali) et de son peuple ».

Dont acte. Il faut donc redoubler de vigilance et surtout passer à l'offensive aux fins de traquer les djihadistes jusque dans leurs derniers retranchements. Car, il faut le dire, des contrées entières échappent encore au contrôle de l'armée malienne et aux forces internationales en présence.

En savoir plus

Deux Casques bleus et un civil blessés dans la région de Kidal

Deux Casques bleus de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au… Plus »

Copyright © 2017 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.