18 Avril 2017

Afrique: SIDA - Un plan de rattrapage pour mettre fin à l'épidémie dans le continent

Photo: Sarah-Eve Hammond/MSF
Médicaments antirétroviraux

Dakar — Le plan de rattrapage Vih/sida en Afrique de l'ouest et du centre en cours depuis juin dernier va être officiellement lancé à Addis Abéba, en juillet prochain, lors du sommet du Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD) en marge du sommet des chefs d'Etat de l'Union Africaine, a appris l'APS, mardi.

"Le Président en exercice du Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD), Macky Sall a accepté de lancer ce plan de rattrapage Vih/sida en Afrique de l'ouest et du centre suite à l'appel du directeur exécutif de l'Agence des Nations Unies pour la lutte contre le Sida (ONUSIDA)" a indiqué Djibril Diallo, Directeur régional de ladite agence.

"Il sera lancé officiellement en début juillet lors du Sommet du NEPAD à Addis-Abeba. Le Président Macky Sall a décidé de porter ce combat quand il m'a reçu récemment en audience" a souligné M. Diallo.

Le directeur régional de l'ONUSIDA participait mardi à un déjeuner de presse organisé en prélude à la tenue en mai prochain d'un atelier sur "la santé et le dividende démographique".

"Il (Le Président Macky Sall) a été fait champion du plan de rattrapage et il a fait un plaidoyer pour enrôler d'autres chefs d'Etat comme celui de la Guinée, du Libéria", Ellen Johnson Sirleaf, également présidente en exercice de la CEDEAO, du Gabon a-t-il ajouté, précisant que ce plan de rattrapage a une durée de vie de 18 mois.

Revenant sur les différentes stratégies de ce plan de rattrapage, Dr Joy Backory, conseiller régional en mobilisation communautaire au Bureau Afrique de l'Ouest et du Centre de l'ONUSIDA a souligné qu'"il s'agit de rattraper ce que la communauté internationale a appelé "les trois 90", à savoir 90 % des personnes connaissent leur statut sérologique, 90 des personnes dépistées ayant accès au traitement et 90 % des personnes sous traitement antirétroviral connaissent une élimination de leur charge virale".

En effet, a expliqué Dr Backory, "au niveau mondial les trois 90 % sont à 60%, 77 et 80 % alors que dans la région ouest africaine seuls 36 % des personnes connaissent leur statut, 28% des personnes dépistées ont accès au traitement et 12% des personnes sous traitement connaissent une élimination de leur charge virale".

"On ne parle plus de réponse maintenant mais de mettre fin à l'épidémie du Vih d'ici 2020" a-t-il noté.

"C'est une volonté politique forte que nous avons eu pour ce plan de rattrapage dans cette région de l'Afrique de l'ouest et du centre regroupant 25 pays pour une population de 500 millions de personnes" a encore ajouté M. Diallo.

Ce plan s'intéresse pour un premier temps à huit pays que sont le Nigéria, la République Démocratique du Congo, le Cameroun, la Côte d'Ivoire, le Libéria, la Sierra Léone et la Centrafrique mais les actions concernent tous les 17 pays restants de la région.

Afrique

CAN 2019 - La CAF accule le Cameroun

L'instance faitière somme le pays d'être prêt pour la nouvelle formule de la compétition qui… Plus »

Copyright © 2017 Agence de Presse Sénégalaise. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.