18 Avril 2017

Burkina Faso: Tournée de redevabilité des députés ADF-RDA au Yatenga - Marie Rose et Noufou disent avoir mesuré l'ampleur de la désillusion de la population

Dans le cadre de la tournée de rédevabilité des élus de l'Assemblée nationale du Burkina, Marie Rose Sawadogo, née Ouédraogo, élue sur la liste de l'ADF-RDA au compte de la province du Yatenga, et l'élu sur la liste nationale Noufou Ouédraogo ont fait le tour de la province du Yatenga du 02 au 10 avril 2017 pour rendre compte à la population des activités qui se mènent à l'hémicycle et recueillir les préoccupations de celles-ci.

Avant d'entrer dans le vif du sujet, la députée Marie Rose a tenu à informer l'assistance de la bonne santé et de la forte implantation de son parti politique dans les différentes localités du Yatenga.

Elle a assuré que les intimidations, les dénigrements, les exclusions lors de l'insurrection populaire et pendant la période de la transition n'ont aucunement entamé le moral et la détermination des fidèles au parti de l'Eléphant. L'ADF-RDA, selon les dires de la députée, se porte à merveille.

Pour ce qui est de leurs activités à l'hémicycle, elles consistent, entre autres, selon elle, à contrôler l'action gouvernementale et à voter les différentes lois.

S'agissant du bilan de leur tournée dans les 12 communes de la province du Yatenga, elle a fait remarquer que les populations leur ont fait part de leurs désillusions après l'accession du régime actuel au pouvoir. Les problèmes que les populations vivent demeurent à l'état, voire empirent.

A entendre les animateurs de la conférence de presse, les habitants des communes ne cessent d'égrener les éternels problèmes de manque d'eau, d'inaccessibilité aux soins, d'impraticabilité des routes, de pauvreté des femmes et de chômage des jeunes.

Face à tant de difficultés, Marie Rose invite les nouveaux dirigeants à trouver des réponses aux préoccupations urgentes de la population. Pour les élus, le MPP et ses alliés ont intérêt à changer leur fusil d'épaule.

Selon le « vieux briscard » Noufou Ouédraogo, leurs interlocuteurs à la base leur ont fait savoir que la politique de la gratuité des soins n'est pas effective.

A part du paracétamol, il n'y a rien de disponible dans les structures sanitaires. C'est pourquoi ceux pour qui cette politique a été mise en œuvre souhaitent la suspension de la gratuité et son remplacement par la subvention des produits pharmaceutiques.

La question des dysfonctionnements dans les services du Centre hospitalier universitaire de Ouahigouya a pris une large place dans les débats au cours de cette conférence de presse.

Pour la députée et présidente du groupe parlementaire « Paix et réconciliation », c'est une honte pour le Yatenga de laisser cet hôpital implanté sur son territoire vivre autant de difficultés. Et de marteler que pour une province qui regorge d'autant de richards et de hautes personnalités politiques, cette situation du CHU est inadmissible.

Elle s'est empressée de relever que c'est la politique politicienne soldée par la division des fils et filles qui expliquerait ce manque de solidarité autour du bien commun.

Elle a informé que dès son retour à Ouagadougou, elle irait voir le président de l'Assemblée nationale, Salifou Diallo, afin qu'il use de ses prérogatives pour que le CHU de Ouahigouya puisse fonctionner normalement. Noufou et Marie Rose, assistés de l'ancien député Etienne Ouédraogo, disent avoir tiré une grande satisfaction de cette tournée.

Burkina Faso

Roch Kaboré aux jeunes - «Nous avons écouté vos messages et nous allons les traduire en réalité»

Onze recommandations, deux résolutions et deux motions, constituent l'essentiel des résultats obtenus au… Plus »

Copyright © 2017 L'Observateur Paalga. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.