19 Avril 2017

Cameroun: Petté sur la voie du développement

Les activités économiques reprennent droit de cité, après la psychose née de l'insécurité installée par la secte Boko Haram.

Au moment où la secte Boko Haram donnait encore de l'insomnie aux populations de l'Extrême-Nord, en l'occurrence dans les départements du Mayo-Tsanaga, du Mayo-Sava et du Logone et Chari, l'arrondissement de Petté était l'unique unité administrative du Diamaré à faire partie de ce que les responsables en charge de la défense et de la sécurité appelaient, « Zone rouge. »

Sans doute parce qu'il partage une longue frontière avec le parc national de Waza, dans le Logone et Chari, qu'on disait bien dangereux, le site étant susceptible d'abriter des malfrats de tout acabit.

Selon les révélations de Hamadou Haman, le sous-préfet de Petté, le 12 février 2016, ces adeptes de la terreur étaient venus en plein cœur de la nuit, assassiner un opérateur économique, un certain Alhadji Youré. Les assaillants se sont ensuite retirés sur la pointe des pieds, semant ainsi la terreur et la désolation au sein des populations. Le souvenir de cette atrocité reste encore vivace dans les esprits.

Pendant longtemps, les populations apeurées ont ainsi baissé les bras, quant à l'exercice de leurs activités économiques. Mais ces derniers mois, tout renaît à Petté.

Les activités économiques reprennent de fort belle manière. Nous l'avons constaté le 1er avril dernier, à la faveur de notre descente sur le terrain, dans le cadre de ce reportage. Les véhicules de transport qui avaient cessé de desservir la localité Petté, ont renoué avec cette destination.

En 2013, la localité de Petté s'est rendue célèbre à la faveur de la reprise de l'élection municipale, suite à certaines irrégularités constatées lors du processus électoral. On se rappelle bien, à la faveur de ce retour aux urnes, le RDPC, qui était sous la menace de l'opposition, est sorti vainqueur.

Et depuis lors, cette localité fait l'objet d'une très grande attention de la part des pouvoirs publics. Tous les services administratifs sont bien logés, et ceci dans des bâtiments définitifs et très bien entretenus. Dans le département du Diamaré, Petté figure sur la liste des chefs-lieux d'arrondissement dont les principales artères sont revêtues du bitume.

Selon les indiscrétions de Bouba Hamadou, le premier magistrat municipal de cette ville, des fonds de l'Etat sont attendus, en vue de l'extension du goudron et l'aménagement des caniveaux.

Et comme le relève le sous-préfet de Petté, « les pouvoirs publics ont beaucoup fait pour Petté et ne se lassent d'ailleurs pas. » Tout un message pour les populations qui, pendant longtemps, n'ont pas vu la nécessité d'investir dans leur terroir.

Vision

Roukayatou épse Hamadou: « Le fromage de Petté est très sollicité »

Gic "Avenir femme" de Petté.

« S'il faut parler du développement, je peux dire que Petté est en bonne voie. Nous avons des hôpitaux, la voirie urbaine est bitumée. Tous nos villages sont dotés d'établissements scolaires. Bref, les infrastructures de base existent à Petté. L'économie se porte bien.

Le Yaourt et le fromage produits à Petté, sont bien appréciés. Mais nous souhaitons que l'Etat appuie davantage les populations. En vue de la création des activités génératrices de revenus, et de la promotion des opportunités d'emplois pour nos jeunes».

Abbo Nguiboumoko: « Il y a des avancées significatives »

Agent de développement communal.

« Je suis arrivé à Petté en 2011. De cette date à aujourd'hui, j'ai observé des avancées significatives. Les routes sont ouvertes et entretenues. Les sept centres de santé intégrés créés, sont construits et équipés ; un accent est mis sur la construction et l'équipement des salles de classe, dans le primaire et le secondaire.

Sans oublier les structures parascolaires, à savoir, le Centre multimédia et le Centre de promotion de la femme et de la famille. Mais le manque d'électricité paralyse la bonne marche de ces structures. Les populations attendent que l'Etat mette l'énergie électrique à leur disposition».

Astadjoda Nassourou: « On observe un réveil des femmes »

« Ces dernières années, les signes du développement de Petté sont visibles. L'Etat met un accent particulier sur la construction des bâtiments abritant ses services. Une option qui améliore la physionomie de la ville. Je suis davantage impressionnée par le sursaut des femmes.

Elles ne se croisent plus les bras, pour tout attendre des hommes. Beaucoup sont regroupées en associations, et mènent leurs activités lucratives. Mais il leur faut un soutien des organismes d'appui au développement. Afin d'améliorer leurs rendements. L'autonomisation de ces citoyennes dynamiques, passe par là ».

Cameroun

Anglophone - Nouveaux combats meurtriers entre armée et séparatistes

De nouveaux affrontements ont éclaté entre des militaires et des assaillants présentés comme… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.