20 Avril 2017

Congo-Kinshasa: Kibali Gold Mine se dirige vers une production complète !

Plein comme un œuf, le salon Virunga de Memling hôtel, à Gombe, a connu le mardi, 18 avril 2017, une activité singulière de l'entreprise Kibali Gold Mine.

Le Président de Kibali et Pdg de Randgold, Mark Bristow, a étalé les réalisations de cette entreprise minière œuvrant au Congo-Kinshasa durant l'exercice 2016 ainsi que le plan d'activités 2017.

Devant les Sénateurs, Députés, étudiants, opérateurs économiques ainsi que les professionnels des médias, il a fait savoir que la mine prévoit une production d'environ 610.000 onces d'or cette année contre 585.000 onces en 2016.

La production annuelle devrait augmenter d'environ 750.000 onces à partir de 2018, quand l'exploitation souterraine sera entièrement fonctionnelle. Ainsi donc, Kibali est sur le point de devenir l'une des grandes mines d'or du monde.

D'emblée, Mark Bristow a fait remarquer que Kibali a terminé 2016 avec une performance crédible après avoir fait face à une série de défis opérationnels ainsi que des contraintes imposées par la flexibilité limitée des mines à ciel ouvert.

En plus de la résolution de ces problèmes, il a renchéri que l'équipe de Kibali a réussi à maintenir le développement de la mine souterraine sur la bonne voie, en construisant et en commandant quatre usines ultrafines dans le circuit métallurgique, ainsi que les travaux progressifs sur la deuxième nouvelle centrale hydroélectrique qui a été mise en service au mois de février de cette année.

La troisième et la dernière des nouvelles centrales hydroélectriques sont en cours de construction par un groupe des contractants congolais.

A l'en croire, Kibali est en passe de devenir l'une des grandes mines d'or du monde, malgré les défis de l'année dernière et de l'instabilité du climat politique de la RD-Congo à l'heure actuelle. Par ailleurs, il a fait comprendre à l'assistance présente que Kibali a employé 90% des nationaux et 10% d'expatriés.

Sur le chapitre du code minier, Mark Bristow a indiqué qu'il est préoccupant de constater que le Gouvernement de la RDC a de nouveau exprimé son sa volonté d'examiner le code minier 2002 avec l'intention claire de maximiser les revenus de l'Etat. Avant de poursuivre que cela pourrait avoir un impact très négatif non seulement sur l'industrie minier, mais également sur l'économie.

Il a, cependant, expliqué que la RDC devrait se concentrer sur la conservation de ses investisseurs existants et en attirant de nouveaux. Ce n'est certainement pas le moment de récolter davantage du peu d'investisseurs existants pour un gain à court terme, a souligné le président de Kibali.

De ce fait, il n'est pas allé par le dos de la cuillère pour soutenir que le gouvernement impliquera le secteur minier dans l'examen proposé pour obtenir un résultat aux mieux des intérêts de l'économie nationale et du secteur minier du pays.

En outre, le code existant est en fait bon, mais il n'est pas toujours appliqué de manière efficiente, dixit Bristow. Il a, toutefois, signalé qu'il existe encore des nombreuses opérations minières qui ne fonctionnent pas sous le code et, un certain nombre de problèmes et de défis auxquels les sociétés minières doivent faire face pour rendre les opérations en RDC plus stimulants.

Dans le cas de Kibali, ces embarras comprennent plus de 200 millions de dollar des crédits de TVA et le trop payés en droits et taxes à l'importation des produits pétroliers, a révélé Mark.

Par contre, Randgold garde ses engagement au Congo-Kinshasa, et est convaincu que son gouvernement, ses politiciens ainsi que sa société civile ont la ferme volonté et la capacité de travailler ensemble pour assurer l'avenir du Congo.

A cet effet, il a déclaré que Randgold va continuer à s'investir dans l'exploitation et à ouvrir la voie du développement au Nord-Est du pays comme une nouvelle région minière aurifère majeure.

Randgold s'engage avec le pays et ses habitants dans le développement économique local et les programmes communautaires, notamment des macros et micros entreprises agroalimentaires conçues non seulement pour assurer la sécurité alimentaire, mais aussi pour créer des produits excédentaires à exporter, a conclu le président de Kibali et Pdg de Randgold Mark Bristow.

Il est à noter que cette communication a été aussi marquée par la remise d'une bourse d'études, de la main du deuxième-vice président du Sénat, Mario Losembe, à deux étudiants de la Faculté des Sciences, Département de Géologie, de l'Université de Kinshasa.

Congo-Kinshasa

Plus de 20 mille réfugiés de la RD Congo à Lunda norte

21.116 citoyens de la République Démocratique du Congo (RDC) sont abrités dans la province… Plus »

Copyright © 2017 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.