19 Avril 2017

Burkina Faso: Convertir les potentialités du Burkina en sources de recettes

Le ministère du Commerce, de l'industrie, et de l'artisanat, en collaboration avec le centre national de la propriété industrielle, a organisé, le mercredi 19 avril 2017 à Ouagadougou, un atelier sur la propriété industrielle et le renforcement des capacités technologiques dans le cadre de la promotion de l'invention et de l'innovation aux fins de développement.

Le Burkina Faso est conscient du rôle important que jouent la technologie et l'innovation dans son économie. A cet effet, le ministère du Commerce, de l'industrie, et de l'artisanat, en collaboration avec le Centre national de la propriété industrielle (CNPI) tient, le 19 et 20 avril 2017 à Ouagadougou, un atelier sur la propriété industrielle et le renforcement des capacités technologiques dans le cadre de la promotion de l'invention et de l'innovation aux fins de développement.

L'objectif, à en croire, la directrice générale de la CNPI, Micheline Ky, est de réunir les acteurs du domaine de la propriété intellectuelle afin de mettre en place des stratégies pour porter la formation scientifique aux utilisateurs et de véhiculer l'information sur certaines données.

A l'entendre, un dispositif a été mis en place pour permettre aux innovateurs de bénéficier des retombées de leurs produits. Cependant, Mme Ky a dévoilé que cette démarche initiée par le centre est au stade de la sensibilisation.

Selon la représentante de l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), Olgatte Abdou, la propriété intellectuelle est un outil de développement qui joue un rôle prépondérant dans la dynamique de l'économie mondiale du XXIe siècle.

Elle est basée sur la technologie, le savoir et l'invention. Elle a souligné que cette économie constitue une préoccupation pour les acteurs des pays en développement qui ont de la peine à suivre les avancées technologiques.

A l'en croire, des initiatives ont été entreprises pour aider ces pays à suivre l'évolution technologique telle que la mise en place d'une politique et stratégie nationale en matière de propriété intellectuelle et la création des Centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI). Pour Mme Abdou, le Burkina Faso dispose d'énormes potentialités en termes de ressources naturelles et humaines susceptibles de prendre une part active dans son économie.

« Vous abritez un vivier de talents dans les domaines de la musique, du cinéma, de la médecine traditionnelle, de la culture, convertissable en source de recettes », a-t-elle mentionné.

Le représentant du ministre en charge du commerce, Sibiri Sanou, a remercié l'OMPI pour la réalisation des projets tels que l'organisation des séminaires sur les questions de propriétés intellectuelles, la mise en œuvre du projet Centre d'appui à la technologie et de l'innovation lancé, le 19 novembre 2013, et le programme de renforcement et de développement du secteur de l'audiovisuel du Burkina Faso et dans les pays africains.

Pour ce programme, il a souligné que le Burkina Faso a bénéficié d'un prolongement de la phase-pilote qui a pris fin en 2015 et la seconde phase dont la fin est prévue pour le deuxième trimestre de l'année 2018.

Burkina Faso

L'ex-président burkinabè Compaoré sort de son silence

Réputé pour son flegme et observant un strict devoir de réserve depuis son exil en Côte… Plus »

Copyright © 2017 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.