20 Avril 2017

Afrique: Utiliser les données satellitaires en temps réel pour suivre la productivité de l'eau dans l'agriculture

communiqué de presse

Rome — Pénuries d'eau : Un nouvel outil de la FAO offre un moyen aux pays et aux bassins hydrographiques affectés d'augmenter leur productivité

Evaluer l'efficacité de l'utilisation de l'eau dans l'agriculture, en particulier dans les pays faisant face à des pénuries d'eau, devient une affaire de haute technologie grâce à un nouvel outil développé par la FAO. La base de données WaPOR vient d'être lancée.

En accès libre, son rôle est d'exploiter les données satellitaires en vue d'améliorer la fiabilité des rendements agricoles et d'optimiser les systèmes d'irrigation.

Le WaPOR a été présenté cette semaine lors d'une réunion de haut niveau, rassemblant plusieurs partenaires à l'occasion d'un événement organisé par la FAO sous le thème Faire face aux pénuries d'eau dans l'agriculture : un cadre d'action mondial face à un climat en évolution.

L'outil permet de réaliser des analyses plus détaillées liées à l'utilisation de l'eau dans les systèmes agricoles et d'orienter sur la manière dont elle peut être utilisée de manière plus productive, grâce à des données empiriques.

L'utilisation de l'eau dans le monde - dont une grande partie est utilisée dans le secteur agricole - a dépassé le taux de croissance démographique lors du siècle dernier et certaines régions approchent à grands pas de la limite viable.

«L'utilisation de l'eau est en hausse constante, tandis que le changement climatique, avec des sécheresses et des phénomènes météorologiques extrêmes de plus en plus fréquents, altère et contribue à réduire la disponibilité en eau dans le secteur agricole», a déclaré Mme Maria Helena Semedo, Directrice générale adjointe de la FAO, Coordonnatrice des ressources naturelles et du changement climatique.

Cela contribue à mettre l'accent sur le fait que chaque goutte compte et à souligner l'importance de parvenir à une meilleure efficacité afin de répondre aux besoins grandissants en matière de production agricole.

La WaPOR explore les données satellitaires et utilise la puissance informatique de Google Earth pour produire des cartes qui montrent la quantité de biomasse produite et les rendements obtenus pour chaque mètre cube d'eau consommée. Les cartes sont affichées en différentes résolutions (de 30 à 250 mètres) et mises à jour en moyenne tous les 10 jours.

Dans le cadre d'un projet d' une valeur de 10 millions de dollars, financé par le gouvernement des Pays-Bas, l'équipe de la FAO, composée d'experts en technologie informatique et d'agents spécialistes des eaux et des terres, a conçu le WaPOR pour couvrir l'Afrique et le Proche-Orient en prêtant particulièrement attention aux pays qui sont déjà confrontés à des pénuries d'eau ou susceptibles de l'être dans un futur proche, que ce soit physique ou en termes d' infrastructures.

La base de données continentale est aujourd'hui en ligne, tandis que les données nationales seront disponibles en juin pour le Bénin, le Burundi, l'Egypte, l'Ethiopie, le Ghana, la Jordanie, le Kenya, le Liban, le Mali, le Maroc, le Mozambique, le Rwanda, le Soudan du Sud, la Syrie, la Tunisie, l'Ouganda, la Cisjordanie, la Bande de Gaza et le Yémen. Des données plus détaillées seront disponibles en ligne à partir du mois d'octobre et concerneront des zones pilotes au Liban et au Mali.

Le fonctionnement

Le WaPOR mesure l'évapotranspiration, une étape clé du cycle naturel de l'eau au cours de laquelle l'eau s'évapore dans l'atmosphère, soit directement, soit par la transpiration des plantes.

L'évapotranspiration renseigne donc directement sur la quantité d'eau consommée par une culture pendant une saison de croissance. En ce qui concerne la biomasse et le rendement des cultures, elle permet de calculer la productivité de l'eau dans les cultures.

L'outil peut fournir des évaluations détaillées qui permettront de comprendre le fonctionnement de plusieurs systèmes d'irrigation, de favoriser des plans de modernisation et de s'assurer que les améliorations effectuées profitent bien à tous les utilisateurs d'eau, notamment en termes de fiabilité et de rentabilité, et qu'elles soient plus adaptées à la variabilité climatique.

Le programme s'appuie sur une technologie à pixels pour produire des cartes complètes qui permettront une meilleure utilisation des ressources naturelles.

Lorsque ce programme est associé aux données en temps réel, les agents de vulgarisation agricole peuvent aider les agriculteurs à obtenir des rendements agricoles plus fiables tout en améliorant leurs moyens d'existence et en les rendant plus durables.

«Aider les petits exploitants agricoles en leur donnant accès aux informations géo-spatiales en mesure d'optimiser la disponibilité en eau et de réduire leur vulnérabilité face au changement climatique est une mission primordiale pour la FAO et il s'agit d'une première étape importante», a déclaré M. René Castro, Sous-Directeur général de la FAO, Chef du Département Climat, biodiversité, terres et eaux.

L'Institut IHE de l'UNESCO pour l'éducation relative à l'eau de Delft et l'Institut international de gestion de l'eau, le plus grand établissement d'enseignement supérieur sur l'eau (IWMI), soutiendront les efforts de renforcement des capacités dans les pays en développement qui souhaitent avoir recours à ce nouvel outil.

Il s'agira notamment de s'adapter aux besoins des utilisateurs pour les requêtes de données, de mener des analyses de séries chronologiques et de télécharger des données sur les variables clés qui facilitent l'évaluation de la productivité de l'eau et des terres.

L'outil WaPOR est développé en collaboration avec un consortium de partenaires basés aux Pays-Bas ( l'eLEAF, l'Université de Twente, l'ITC et la Fondation Waterwatch, ainsi que le VITO en Belgique).

Le programme de travail anticipe le développement des applications portables qui permettront un usage local des données tirées de la base de données spatiale.

Comptabilisation de l'eau

La comptabilisation de l'eau devient de plus en plus indispensable, en particulier dans les zones faisant face à des pénuries d'eau.

Il est question de réaliser des évaluations cohérentes de la disponibilité des ressources en eau, qui doivent intégrer des facteurs climatiques et prendre en compte l'égalité des droits, en particulier lorsqu'il s'agit de l'eau destinée à l'usage domestique et industriel, ainsi que celle utilisée dans le cadre des services écosystémiques.

La FAO offre des conseils techniques sur la manière de comptabiliser l'eau de manière efficace et de contrôler les cadres de travail.

Selon certaines estimations, pour chaque degré en plus de réchauffement climatique, 7 pour cent de la population mondiale expérimentera une baisse de 20 pour cent, voire plus, de ses ressources naturelles renouvelables.

Le fait d'améliorer la gestion des ressources naturelles est souvent mentionné dans les domaines clés d'intervention dans la plupart des plans nationaux visant à s'adapter au changement climatique et à en atténuer les effets afin de respecter les engagements pris dans le cadre de l'Accord de Paris sur le climat.

Afrique

L'UNESCO célèbre la capacité du jazz à unir les peuples

À l'occasion de la 6e Journée internationale du jazz, l'Organisation des Nations Unies pour… Plus »

Copyright © 2017 Food and Agriculture Organization of the United Nations. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.