20 Avril 2017

Congo-Kinshasa: Mission de bons offices - La MONUSCO roule pour la Résolution 2348

La Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la en République Démocratique du Congo (MONUSCO) poursuit sa mission bons offices avec les différentes parties prenantes au dialogue de Saint Sylvestre en vue de l'application de ce dernier conformément la Résolution 2348 des Nations Unies.

Le directeur de l' publique de la Monusco, Charles Bambara a rappelé au cours de conférence hebdomadaire des Nations unies d'hier mercredi 19 2017 que c'est dans cette logique de la 2348 que Maman Sidikou, représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies en RDC,

entreprend depuis le dimanche, des consultations avec la politique congolaise tant de l'opposition comme de la majorité, démarche, a-t-il souligné, qu'il va continuer à mener dans prochains jours. Charles Bambara a souligné également que l'accord 31 décembre 2016 reste la feuille de route et que les bons offices la Monusco vont se focaliser autour de l'Arrangement particulier.

Le directeur de l'information publique de la Monusco a également la libération de 16 employés de la Monusco pris en otage les anciens combattants sud-soudanais cantonnés dans le camp de dans la province du Nord Kivu.

Une libération, à en croire Bambara, intervenue dans la nuit de mardi 19 avril 2017 après un moment de négociation entreprise sur place par le représentant adjoint du secrétaire général des Nations Unies en RDC, David Gressly.

« La Monusco a le plaisir de confirmer que tous les seize qui avaient été retenus par d'anciens combattants sud- SPLM-IO ont été libérés du camp de Munigi. Le camp reste calme et le contrôle de la Monusco. Tous les employés retenus sont chez eux hier. Il n'ya eu aucune victime. La Monusco va ouvrir enquête sur cet incident », a déclaré Charles Bambara.

Cette situation ne prouve-t-elle pas que le contrôle de la est en train d'échapper à la Monusco et qu'il est temps pour dernière de délocaliser ces anciens-combattants de la RDC ?

A cette question, le porte-parole Charles Bambara a rappelé que Monusco a joué un rôle logistique en venant en aide aux Sud-soudanais.

La délocalisation vers leur pays ou ailleurs, a-t-il fait remarquer, n'est pas seulement une question de la Monusco, mais aussi celle de RDC, du Sud-Soudan et de tous les partenaires concernés.

Ce responsable de la Monusco a renseigné également à ce sujet que camp DDR de Munigi n'est pas sous la supervision directe de la de la Monusco et que ces agents exerçaient tout simplement activité de routine.

Le général toujours dans les de l' L'autre question qui s'est invité au cours de ce point de presse celle de la suspension du commissaire provincial de police Kinshasa, le général Célestin Kanyama.

A ce sujet, José Maria Aranaz, du Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l'Homme (BCNUDH) s'est réservé de tout commentaire indiquant par ailleurs que ceci l'occasion de poursuivre les enquêtes sur l'opération « likofi 1 et » et les évènements du 19, 20 et 21 décembre 2016 en vue d'en la lumière sur les violations des droits de l'homme opérées à occasions.

Il sied de signaler qu'au cours de cette conférence de presse, Maria Aranaz a donné le rapport du BCNUDH sur les tendances des violations des droits de l'homme au mois de mars 2017.

Durant cette période, le Bureau a donc documenté 547 violations droits de l'homme sur tout le territoire de la RDC, ce qui une hausse importante par rapport au mois de février 2017, au duquel 461 violations avaient été documentées.

De ces 547 cas, 76 des atteintes au droit à la vie contre 133 victimes, dont 101 d'exécutions extra-judicaires par des agents de l'Etat, soit une diminution par rapport au mois précédent.

Congo-Kinshasa

Plus de 20 mille réfugiés de la RD Congo à Lunda norte

21.116 citoyens de la République Démocratique du Congo (RDC) sont abrités dans la province… Plus »

Copyright © 2017 Le Phare. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.