20 Avril 2017

Cameroun: Désarmement - Démobilisation en RCA - L'opération coûtera 27 milliards de F'

L'argent servira à la reconversion de près de 5 000 ex-combattants encore dans le maquis.

Sauf changement de dernière heure, les 14 groupes armés en activité en République centrafricaine se retrouvent ce jeudi à Bangui au sein du Comité consultatif de suivi chargé du programme Désarmement-Démobilisation-Réinsertion (DDR).

Présentée comme élément déclencheur de ce processus que les Centrafricains dans leur immense majorité souhaitent de tous leurs vœux, cette rencontre connaitra également, outre la participation des autorités centrafricaines, des représentants de la société civile, celles des Nations unies et des partenaires.

Elle intervient au lendemain du bouclage du budget de cette vaste opération destinée à sortir 5 000 ex-combattants du maquis pour les reconvertir à la vie civile pour les uns ou les intégrer au sein de l'armée régulière pour les autres.

Le programme proprement dit devra démarrer à la fin du mois de mai pour une durée de 30 mois, après des négociations avec les groupes armés.

A ce sujet, il faut encore faire preuve de tact et de diplomatie pour convaincre les combattants à jouer le jeu, surtout lorsqu'on sait que tous les mouvements ne sont pas prêts à déposer les armes.

Notamment le Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC) (ex-Séléka) de Noureddine Adam, très actif ces dernières semaines, qui a d'ores et déjà signifié son refus de faire partie du Comité consultatif qu'en simple observateur.

D'un montant de 45 millions de dollars, environ 27 milliards de F, ce budget sera financé à hauteur de 30 millions de dollars, environ 18 milliards de F, par la Banque mondiale sous forme de don octroyé à la République centrafricaine, et à 15 millions de dollars, environ 9 milliards de F, par le gouvernement centrafricain.

«Ce que l'argent de la Banque mondiale va financer ce sont les activités destinées à l'ex-combattant lui-même, notamment des formations, qui vont lui permettre de réapprendre un métier ou de retrouver des bases pour sa réinsertion dans la vie civile.

Nous allons également financer des activités pour les communautés d'accueil, c'est très important. Et, enfin, on va financer le pilotage de tout le programme par la cellule installée à la présidence.

On va donc aider aussi les Centrafricains à faire de la planification», explique Jean-Christophe Carret, représentant de l'institution de Bretton Woods en Centrafrique.

Cameroun

Axe Yaoundé-Bertoua - Les agences de voyage dans l'impasse

L'axe qui dessert ces deux villes est bloqué depuis plusieurs jours à cause des dégâts d'un… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.