20 Avril 2017

Sénégal: Ziguinchor/ Colère des OPS victimes des bons impayés - La SONACOS au banc des accusés

L'histoire de «bons impayés» que l'on croyait révolue, réapparait à Ziguinchor sous la forme de chèques sans provision au grand dam d'une dizaine d'Opérateurs Privés Stockeurs (OPS ) de la région sud. La campagne de commercialisation arachidière se termine sur fond de grogne de ces OPS du sud du pays.

Ces derniers inquiets et fâchés réclament à la SONACAOS SA le paiement de leurs factures de déchargement des graines.

Une ardoise de plusieurs millions de francs CFA que l'usine traîne depuis trois semaines maintenant. «La Sonacaos nous fait valser à la banque depuis trois semaines avec des chèques sans provision... », s'insurgent ces acteurs incontournables de la campagne de commercialisation arachidière

Une dizaine d'opérateurs privés stockeurs dans le désarroi total devant les locaux de la direction de la SONACAOS SA de Ziguinchor. Ils réclament le paiement de leurs factures de déchargement des graines d'arachide. Plus de deux semaines qu'ils courent derrière leur argent.

Une situation que ces acteurs de la filière arachidière digèrent mal et jugent inacceptable. Ces opérateurs font le pied de grue devant la direction de la SONOCAS SA depuis qu'ils ont déchargé leurs graines à l'usine.

C'est le cœur meurtri que Talla Ndour, un des Opérateurs Prives stockeurs ( OPS ) s'est confié en ces termes : «j'ai déchargé mon premier chargement avant fin Mars, le second, deux jours plus tard. Mais depuis lors, je peine à avoir mon argent, pourtant au niveau de la direction on avait promis de payer les factures au plus tard 72 h après déchargement... .»

Des propos corroborés par cet autre OPS qui s'insurge et charge la SONACOS qu'il accuse de délivrer des chèques sans provision : «Nous avons reçu des chèques de la BNDE mais à chaque fois qu'on se présente devant la banque on nous signifie que le compte n'est pas approvisionné.

Et pas plus que ce matin, nous sommes retournés dans cette banque mais toujours rien ... on nous a délivré des chèques sans provision» déclare-t-il, avant d'ajouter «Nous avons nous mêmes préfinancé cette campagne et il nous faut nous acquitter de nos engagements auprès des paysans qui nous ont livré ces graines. Aujourd'hui notre crédibilité est fortement entamée auprès des paysans qui n'ont plus confiance en nous.

Et tout cela à cause de la SONACOS qui nous fait «mentir» auprès des paysans... » Très étonnés et inquiets, ces OPS le sont à l'image de Nfaly SANE qui est d'avis qu'il y'a beaucoup d'arachide en brousse.

«Aujourd'hui, les paysans commencent à revendre leurs graines après la phase de rétention» déclare-t-il. A la direction de la SONACOS SA, difficile de trouver un interlocuteur. Le maître des lieux absent, personne ne veut s'épancher sur la question de ces «bons impayés».

Sur les prévisions de 75.000 tonnes assignées à la SONACOS, Ziguinchor, seuls 8.000 tonnes sont collectées. Un faible taux de collecte que ces dysfonctionnements dans le paiement des OPS, pourraient ne pas améliorer.

Ainsi le spectre de bons impayés que l'on croyait complétement révolu, réapparait sous la forme de «chèques sans provision» fortement décrié aujourd'hui par les OPS très inquiets qui ne décolèrent pas.

Le 1er vice-président de la FNOPS Assane Mbaye déplore une telle situation qui décrédibilise fortement la Sonacos :«la sonacos doit revoir sa copie, car si les responsables de cette société ne peuvent pas payer une dizaine de camions qui ont déchargé leur graines, c'est grave.

S'ils ne sont plus capables de payer ce faible tonnage, ils n'ont qu'à arrêter la campagne, car c'est ahurissant. S'ils ne veulent plus de l'arachide, ils n'ont qu'à le dire.

Pour une usine qui a besoin de 75.000 tonnes et qui n'a même pas collecté le dixième et qui est dans l'impossibilité de s'acquitter de ces factures. Qu'ils nous disent où sont passés les 45 milliards scandés un peu partout... », a martelé le responsable des OPS au niveau national.

Sénégal

L'Ecole des sables a besoin d'aide pour continuer de danser

Il faut sauver l'Ecole des sables du Sénégal. Les gérants de cette école de danse… Plus »

Copyright © 2017 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.