20 Avril 2017

Cameroun: Foire de Douala - Clap de fin

La 8e édition, bouclée samedi, outre l'aspect commercial, a offert débats et conférences. Des produits pour améliorer la virilité à des moteurs industriels, en passant par des appareils de massage, des produits alimentaires ou de beauté...

La Foire internationale de Douala pour le Développement (Fidd) s'est voulue riche dans son offre aux visiteurs en cette 8e édition, bouclée ce samedi 15 avril 2017.

Mais au-delà de l'aspect purement business, on retiendra les conférences et débats donnés sur le site de la foire à Bonangando-Deido par différents responsables, qu'il s'agisse de membres du gouvernement ou d'autres hauts cadres de nos administrations.

Ainsi, Clémentine Ananga Messina, ministre délégué auprès du Minader, a entretenu le public le 11 avril dernier sur les « Outils d'encadrement et amélioration du cadre de vie en milieu rural ».

Elle est revenue sur les activités déployées au niveau gouvernemental pour amener les planteurs à mieux produire, à exploiter de manière optimale les espaces disponibles, à aller vers l'agriculture de 2e génération « tout en respectant l'environnement.»

Autre échange édifiant, celui conduit la veille, 10 avril, par Ahmadou Bouba, chef de la division des Micro-finances au ministère des Finances. Occasion pour les uns et les autres d'apprendre qu'une loi répressive contre les dirigeants défaillants ainsi qu'aux épargnants indélicats des micro-finances est en préparation.

Mais aussi de savoir que le Cameroun compte 85% des établissements de micro-finance (Emf) de la Zone Cemac. Soit 412 institutions depuis 2016, correspondant à 15 % des activités bancaires. L'année dernière, les Emf auraient collecté une épargne de 650 milliards F, soit 16,5% du système bancaire global.

En 2016 toujours, les Emf ont octroyé 350 milliards F à leurs clients, estimés à 2,1 millions dans le pays. Participant à 10 % dans le financement de l'économie nationale, le secteur emploie 11.000 camerounais.

La Fidd, dont le thème cette année était « Développement dans le cadre des Ape, de l'Agoa et des accords commerciaux internationaux », a également ouvert sur l'international, les perspectives qui s'offrent au Cameroun avec ces mécanismes que sont l'Ape et l'Agoa. Il était question de mettre en exergue « la corrélation entre la promotion des échanges commerciaux et le développement ».

En ouvrant l'événement, Luc Magloire Mbarga Atangana, le ministre du Commerce, représentant le Premier ministre, avait relevé que cette édition interpelait les uns et les autres pour une exploitation judicieuse et vertueuse des accords commerciaux internationaux conclus par l'Etat du Cameroun, « gage de l'émergence de notre économie et de notre pays, tel que prescrit et instruit par le chef de l'Etat ».

Cameroun

Anglophone - Nouveaux combats meurtriers entre armée et séparatistes

De nouveaux affrontements ont éclaté entre des militaires et des assaillants présentés comme… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.