20 Avril 2017

Togo: Un club relégué pour violences sur son stade

Depuis le début de la saison 2016-2017 des championnats nationaux au Togo, la violence y a la dent dure. En dépit des nombreuses sanctions infligées ça et là. En voici une qui devrait faire date. Le club d'Abou Ossé vient d'être relégué en division inférieure après des scènes de violences sur son terrain.

Reconnu coupable d'envahissement du terrain, agression sur joueur et officiel d'équipe, officiels de matchs, défaillance sécuritaire, interruption du match l'ayant opposé à Espoir de Tsévié pour le compte du championnat de D2, le club Abou Ossé « a perdu le match par pénalité (... ) et est en outre rétrogradé en division inférieure et son stade suspendu pour une durée de deux ans ferme, en plus d'une amende de 300.000 francs Cfa« .

La Commission de Discipline de la FTF (Fédération togolaise de football) a également statué sur le cas du match Anges FC de Notsè - ASKO de Kara émaillé de violences. Conséquence, le club Anges FC a « une interdiction de jouer son prochain match sur son stade, au paiement d'une amende de 500.000 francs et de l'autre, ASKO à payer 500.000 francs d'amende, et son supporter Yema Tchaa a une interdiction d'accès au stade pour une durée de six mois fermes« .

Plus de 14 cas de violences ont déjà atterri sur la table de la Commission de Discipline de la FTF après 21 journées de championnat de D1 au Togo, a annoncé cette semaine son président Me N'Djelle Abby Edah.

Togo

L'opposition ne se rendra pas à la réunion consultative du gouvernement

En prélude au dialogue entre pouvoir et opposition au Togo, le gouvernement invite quelques partis politiques et… Plus »

Copyright © 2017 Africa Top Sports. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.