21 Avril 2017

Afrique: Présidentielle française - Leurs projets pour le continent

Les cinq « grands » en course pour l'Elysée évoquent la relation avec le continent.

François Fillon: « Tourner la page de la Françafrique »

Le candidat du parti de droite Les Républicains parle de la Françafrique comme «un fantasme aujourd'hui». Il dit vouloir couper le cordon de ces rapports mafieux entre la France et l'Afrique, une fois parvenu au palais de l'Elysée. Mais, n'admet pas qu'on attribue à l'Hexagone l'entière responsabilité de ce passé colonial peu glorieux.

Marine Le Pen: « Abolir la binationalité pour les Africains »

Le principal cheval de bataille de la candidate du Front national porte sur l'immigration zéro et l'expulsion des sans-papiers.

En attendant leur expulsion, elle entend mettre fin à l'école gratuite pour leurs enfants. Au cours de sa récente visite au Tchad, Marine Le Pen, a tenté de nuancer cette position en s'adressant au Parlement : «Le refus de l'immigration massive n'est pas le rejet et la haine de l'autre. C'est au contraire une gestion rigoureuse, partagée et équilibrée des flux migratoires entre nos deux continents.»

Benoît Hamon: « Augmenter l'aide au développement »

Le candidat du Parti socialiste entend porter les subventions pour l'aide au développement à un milliard d'euros en 2020 (soit 0,7% du revenu national brut, deux fois plus qu'actuellement).

Pour ce qui est de la question migratoire, il annonce «un visa humanitaire» pour ces migrants qui fuient les conflits.

Il annonce entre autres facilités, un «visa francophone pour les étudiants, les chercheurs, les chefs d'entreprise et les artistes», qui permettrait de «cultiver le sentiment d'appartenance à la francophonie».

Emmanuel Macron: « Pour une immigration sélective »

Le candidat du mouvement «En marche» qui, lors de son passage en Algérie avait qualifié la colonisation française de «barbarie» et de «crime contre l'humanité», n'envisage pas pour autant l'ouverture des frontières françaises à tous les migrants africains.

«Je veux que nous ayons une stratégie française et européenne ambitieuse en terme d'aide publique au développement, mais dans le cadre d'un dialogue exigeant avec les responsables africains. [...] Nous devons avoir une demande de réciprocité sur le plan des réadmissions des migrants en situation irrégulière», a-t-il expliqué.

Jean-Luc Mélenchon: « Annuler la dette des pays africains »

Le porte-étendard de «La France insoumise» met l'immigration en bonne place. Il faut «arrêter les guerres, les accords commerciaux qui détruisent les économies locales, et affronter le changement climatique», lance Jean-Luc Mélenchon qui dénonce les interventions françaises en Afrique.

«Nos armées doivent avoir un rôle de maintien de la paix sous mandat de l'ONU», lance-t-il. Il entend «respecter l'indépendance des États africains et la souveraineté des peuples en s'interdisant de se mêler des élections».

Afrique

L'immigration clandestine au cœur d'un colloque à Abidjan

A Abidjan, le sommet Union africaine-Union européenne doit se tenir à la fin du mois de novembre avec… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.