20 Avril 2017

Afrique de l'Ouest: Croissance économique en afrique subsaharienne - Le pays toujours dans le top 10

L'économie de la Côte d'Ivoire se porte on ne peut plus bien. Selon la Banque mondiale, l'économie ivoirienne a réussi à surmonter quelques chocs et autres perturbations qui auraient pu la plomber.

Cette performance a été saluée, mercredi dernier par Albert G. Zeufack, économiste en chef de la Banque mondiale pour la région Afrique, à l'occasion de la présentation du rapport semestriel de la 15ème édition de Africa's Pulse sur l'analyse de la situation économique africaine. « Selon les dernières données, sept pays continuent de montrer une résilience économique, aidés en cela par la demande inté- rieure. Ces pays ont affiché des taux de croissance annuels supérieurs à 5,4 % entre 2015 et 2017, concentrent près de 27 % de la population de la région et représentent 13 % de son PIB total », a fait savoir Albert G. Zeufack.

En outre, ce rapport a observé un rebond de la croissance en Afrique subsaharienne en 2017, qui en 2016 avait enregistré son niveau le plus bas. Ainsi, selon la Banque mondiale, cette croissance devrait atteindre 2,7% en 2017. Cependant, le rapport prévient sur la faiblesse de cette reprise, du fait d'un ajustement insuffisant par rapport à la baisse des prix des matières premières et à l'incertitude des politiques. A cela s'ajoutent les difficultés économiques auxquelles sont confrontés plusieurs pays exportateurs de pétrole de la Communauté économique et moné- taire de l'Afrique centrale (CeMAC). « La région montre des signes de reprise. Cette reprise reste néanmoins faible, et la croissance économique ne devrait se situer que légèrement audessus de la croissance démographique, soit un rythme qui entrave les efforts en faveur de l'emploi et de la réduction de la pauvreté », précise le rapport.

Pour améliorer cette croissance, Albert Zeufack estime que les pays doivent entreprendre et poursuivre des réformes pour stimuler l'investissement et s'attaquer à la pauvreté. Les pays doivent également engager des dépenses indispensables pour le développement tout en évitant d'accroître leur dette à des niveaux insoutenables. « Il est nécessaire d'entreprendre des réformes qui renforcent le cadre macroéconomique, qui permettent plus de stabilité, et aussi des reformes structurelles qui permettent à l'investissement de croitre. Par ailleurs, il convient de mettre en place des passations de marché qui accroissent l'efficacité de l'investissement en Afrique », a recommandé Albert Zeufack. en attendant, la croissance globale du continent devrait passer à 3,2 % en 2018 et 3,5 % en 2019, reflétant ainsi la reprise dans les principales puissances économiques.

Cote d'Ivoire

Mamadou Touré signe une convention avec une institution d'excellence de formation pré-universitaire et technique du canada

Dans le cadre de la mission qu'il effectue au Canada depuis le 15 octobre , à l'invitation des autorités… Plus »

Copyright © 2017 Le Patriote. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.