20 Avril 2017

Burkina Faso: Vitrine internationale du tourisme - La 1re édition prévue du 28 avril au 5 mai 2017

press conference

L'Association patronale des hôteliers et restaurateurs du Burkina (APHRB) a organisé, le jeudi 20 avril 2017 à Ouagadougou, une conférence de presse pour décliner les grandes lignes de la première édition de la Vitrine internationale du tourisme, de l'hôtellerie et de la restauration de Ouagadougou (VITHRO).

Du 28 avril au 5 mai 2017, Ouagadougou accueillera la première édition de la Vitrine internationale du tourisme, de l'hôtellerie et de la restauration de Ouagadougou (VITHRO).

L'information a été donnée aux journalistes, le jeudi 20 avril 2017 à Ouagadougou, par l'Association patronale des hôteliers et restaurateurs du Burkina (APHRB). Le coût total de cette première édition du VITHRO s'élève à 46 millions de FCFA et va se tenir sur le thème «Quelles stratégies pour une relance du tourisme interne».

A ce titre, un carnaval, une journée du Roi, une exposition, des excursions touristiques et des conférences-débats vont composer cette rencontre. Selon le président de l'APHRB, Pierre Célestin Zoungrana, la VITHRO est une vitrine pour présenter aux Burkinabè et aux autres pays les fortes potentialités du Burkina Faso en matière touristique, hôtelière et gastronomique.

Il a souligné que cette première édition ambitionne de présenter au public les opportunités qui existent entre les structures en tant que lieux de retrouvailles et de distraction.

«Il s'agit de fédérer les initiatives destinées à la promotion du tourisme afin de faire un événement de portée internationale», a-t-il précisé. De son avis, la VITHRO va permettre de tisser des liens de partenariat et d'annoncer les mesures préférentielles que pratiquent les hôtels.

A en croire M. Zougrana, environ 500 établissements touristiques d'hébergement emploient 3000 personnes. Et d'ajouter qu'en 2015, le Burkina Faso a accueilli 474 585 touristes pour une recette de 61 milliards de FCFA.

Cependant, le président de l'APHRB a indiqué que le domaine de l'hôtellerie rencontre des difficultés qui plombent son épanouissement alors qu'il demeure un secteur économique important dans le développement socio-économique de tout pays.

Il a cité, entre autres, la forte imposition de la TVA, le prix élevé du visa pour les touristes entrant au Burkina Faso, le coût élevé des charges de fonctionnement et la montée du terrorisme dans la sous-région.

Les questions des journalistes ont porté sur l'existence du Salon international du tourisme et de l'hôtellerie de Ouagadougou (SITHO), et la question sécuritaire. A entendre, le président de l'APHRB, la VITHRO n'est pas une activité de trop car certains pays de la sous-région possèdent plusieurs salons.

Pour lui, la VITHRO a pour but de faire connaître les restaurants et amener la population à consommer les produits locaux. «C'est ce que l'on appelle le tourisme intérieur», a-t-il mentionné.

Quant à la question sécuritaire, il a rassuré que des mesures vont être prises car le tourisme et l'insécurité ne font pas bon ménage. M. Zoungrana a par ailleurs affirmé que l'APHRB travaille à une image d'une hôtellerie compétitive afin de garantir la qualité des prestations de services.

Burkina Faso

Affaire Thomas Sankara - Des Osc françaises et burkinabè interpellent la France

Des représentants d'organisations de la société civile burkinabè et française… Plus »

Copyright © 2017 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.