21 Avril 2017

Afrique de l'Ouest: Procédures de vol - La communauté aéronautique en réflexion à Abidjan

Toute chose qui a fait dire, Prospère Zoomito Directeur général adjoint de l'Oaci au bureau de l'Afrique occidentale et centrale basé à Dakar que cette réunion est « cruciale dans l'histoire du programme ».

La 4ème réunion du Comité de pilotage du programme africain des procédures de vol (Afpp) a débuté ce jeudi 20 avril 2017, à Abidjan-Marcory, à Azalaï Hôtel. Pendant deux jours, la communauté aéronautique va déterminer les conditions de fonctionnement de l'Afpp lors de la phase II.

Et cela, sous l'égide de l'Organisation de l'aviation civile internationale (Oaci), une institution spécialisée des Nations Unies qui a pour vision de réaliser la croissance durable du système d'aviation civile mondial.

Mais avant, les experts venus de plusieurs pays membres de l'Organisation de l'aviation civile internationale (Oaci) feront le bilan de la phase I.

« L'Afpp, formellement lancé en juin 2014 afin d'assister les Etats dans le développement de compétence durable dans le domaine des procédures de vol aux instruments, a été établi pour une période de trois années renouvelable une fois », a expliqué Sinaly Silué, directeur général de l'Agence nationale de l'aviation civile (Anac).

Avant d'indiquer : « la période actuelle prenant fin le 1er juin 2017, une décision pour les modalités de sa prolongation doit être prise sans retard. »

D'où l'importance capitale que revêt cette 4ème réunion du comité de pilotage, a fait remarquer, M. Soro, le directeur de cabinet au ministères des transports, représentant le ministre. Cette rencontre, dira-t-il, permettra de déterminer les conditions de fonctionnements de l'Afpp lors de la phase II d'activité de juin 2017 à mai 2020.

Toute chose qui a fait dire, Prospère Zoomito Directeur général adjoint de l'Oaci au bureau de l'Afrique occidentale et centrale basé à Dakar que cette réunion est « cruciale dans l'histoire du programme ».

Pour une meilleure compréhension de l'Afpp, M. Zoomito a expliqué qu'en matière de navigation aérienne, l'on a besoin de trajectoire normalisé, réglementaire qui garantissent l'approche, l'atterrissage et le décollage dans les aéroports.

« Un avion part d'un aéroport pour un autre. Il doit partir d'une piste. Comment part-il de cette piste ? Comment fait-il pour atteindre le niveau de croisière ? Et comment après le vol, il se prépare pour la phase d'approche de l'aéroport de destination ».

Evoquant les objectifs stratégiques de l'Oaci, il a indiqué que c'est à ce niveau que les procédures de vols interviennent. Il s'agit a-t-il affirmé de prendre en compte les aspects liés à la sécurité, à la capacité et à l'efficacité, à la sûreté et à la facilitation, à la protection de l'environnement et l'économique des vols.

Poursuivant, il a soutenu que depuis quelques années, la navigation aérienne constitue pour l'Oaci une priorité mondiale. « Cette priorité, c'est la mise en œuvre des procédures de vols fondé sur la navigation et sur la performance », a-t-il affirmé.

Notons que l'Oaci est le forum mondial des États en matière d'aviation civile internationale. Elle élabore des politiques et des normes, réalise des audits de conformité, des études et analyses, fournit une assistance et renforce la capacité de l'aviation grâce à la coopération des États membres et des parties prenantes (191).

Cote d'Ivoire

Un syndicat agricole s'insurge contre le Conseil café-cacao

La Côte d'Ivoire, premier producteur mondial de cacao, fait face à la chute des cours de la fève. Un… Plus »

Copyright © 2017 Fratmat.info. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.