21 Avril 2017

Gabon: Dialogue politique - Théophile MAKITA NIEMBO vente les assises d'Angondjè

Théophile MAKITA NIEMBO, l'ancien soutien de Jean PING aux élections présidentielles d'août 2016, a dans une longue interview, expliqué les raisons de sa participation au dialogue politique initié par le pouvoir gabonais. Le président d'une des fractions l'Union républicaine pour la démocratie et le progrès (URDP) et membre de la Commission N° 4 du Dialogue politique, vente le déroulement des assises qui se tiennent à Angondjè. Il appelle ses frères de la "Résistance gabonaise" à mettre un peu d'eau dans leur vin.

« Aller au Dialogue, c'est accepter le changement, la révision de la Constitution, que les gens vivent en paix, ne se regardent plus en chien de faïence. » C'est une des raisons évoquées par le leader de l'URDP tendance MAKITA .Il estime aussi que le "radicalisme de Jean PING dont il a été un des soutiens, n'est pas la solution aux problèmes du Gabon". C'est dans cette optique qu'il appelle ses frères de la résistance à mettre un peu d'eau dans leur vin. La résistance, dit il, peut se faire en allant prendre part au dialogue le matin avec des avis constructifs et retourner le soir au différent quartier général (QG) des partis faire de la résistance.

Les raisons d'aller au dialogue sont multiples, confie l'ancien soutien de Jean PING. « Il fallait y aller parce que le Gabon a besoin de restructuration dans plusieurs domaines » avoue le président de l'URDP. Il est important que chacun de nous s'approprie des décisions qui vont sortir de ce dialogue dit-il. Ceux qui ne peuvent pas venir, poursuit-il, ont la possibilité d'envoyer leurs préoccupations qui seront prises en compte. Il est important de rêver, d'évoluer .Il ne faut pas stagner .Aller au dialogue, c'est accepter le changement ,affirme t-il.

A la question de savoir s'il a tourné le dos à Jean PING, Théophile MAKITA NIEMBO pense que l'orientation prise par l'ancien Président de la Commission de l'Union africaine, en dépit de sa position, c'est l'alternance. Pour Théophile MAKITA, le fait d'avoir accepté aller au dialogue permet de préparer une alternance qui doit se faire avec de nouveaux fondamentaux, peut être pas avec de nouvelles gens. Le plus important, souligne t-il, est que l'alternance se fasse. « Faut il souffrir d'une cause ou aller combattre pour cette cause, s'interroge t-il. Il faut combattre pour une cause et non en souffrir, répond il.

Théophile MAKITA NIEMBO reste persuadé que les assises politiques d'Angondjè sont une chance pour le Gabon. Beaucoup seront surpris déclare t-il, parce que les choses se suivent mais ne se ressemblent pas. Plein d'optimisme, le membre de la Commission numéro 4 du Dialogue politique, reconnaît que les Gabonais ont des soucis ; le panier de la ménagère, la dette intérieure, le bien-être et la sécurité. Si cela est retrouvé grâce à cette messe politique, les Gabonais ne se plaindront plus, croit-il. Pour lui, l'élection, c'est huit mois derrière nous. Pour que le Gabon redémarre, il faut que les Gabonais fassent la part des choses finit il par conclure.

Gabon

Cours de change des devises par rapport au franc CFA d'Afrique centrale

La Banque des Etats de l'Afrique centrale (BEAC) a publié mardi les cours des principales devises face au franc… Plus »

Copyright © 2017 Gabonews. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.