21 Avril 2017

Cameroun: Formation des personnels de santé - Comment améliorer l'offre

La question était au centre du 21e Conseil de direction des écoles de formation clôturé hier à Yaoundé

Le rideau est tombé hier sur le 21e Conseil de direction des écoles de formation des personnels infirmiers, sages-femmes et médico-sanitaires après trois jours d'intenses travaux des acteurs du domaine. Axées sur les faiblesses et les manquements observés dans ces formations sanitaires, les assises ont été subdivisées en commissions. Ce qui a permis de constater que la non-performance du corps enseignant, les incohérences des programmes de formation et l'absence de matériel pour les cours pratiques, entre autres sont les mécanismes qui plombent la formation des apprenants. Face à ce chapelet de difficultés, le Minsanté a estimé qu'il était temps de marquer une pause. L'objectif étant de disposer des personnels soignants plus aptes à prodiguer des soins dans nos hôpitaux. « Toutes les écoles dans une filière précise doivent être capables d'avoir un corps enseignant qui présente un profil agréé par d'autres. Avoir par exemple des mannequins pour pouvoir faire les premiers gestes. Mais surtout permettre aux patients d'être bien accueillis dans les formations sanitaires», a déclaré André Mama Fouda. Pour Kechia Assumpta, coordonnateur technique dudit conseil, « nous allons, à l'issue de cette rencontre, faire une liste de tous les problèmes recensés et les transmettre dans chaque direction concernée. Ceci afin de trouver des solutions. » A en croire certains promoteurs des écoles de formation, « la rencontre a été une réussite dans la mesure où tous nos problèmes ont été mis sur la table en vue de trouver des solutions pour une meilleure formation des élèves », s'est réjoui un responsable d'école de formation des sages-femmes-maïeuticiens. Autre pan majeur des travaux, le point sur la situation des enseignements dans les écoles de formation des régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest. « Nous avons eu un début d'année très difficile dans ces régions. Nous allons voir comment élaborer un plan de rattrapage, afin que les médico-sanitaires de ces zones puissent avoir une formation adéquate et que tous ceux qui sont dans nos écoles puissent subir des examens de fin d'année de qualité », a conclu le Minsanté.

Kechia Assumpta: « On veut plus d'enseignants qualifiés »

Coordonnateur technique du Conseil de direction des écoles de formation des personnels infirmiers, sages-femmes et médico-sanitaires

Quelles sont les difficultés auxquelles les centres de formation sont confrontés ?

Les difficultés les plus récurrentes sont le manque des enseignants qualifiés par domaine et le manque de matériel de démonstration. Ces obstacles sont d'autant plus préoccupants dans la mesure où l'apprenant doit avoir une certaine maîtrise dans son domaine d'apprentissage avant d'espérer aller en stage où il sera amené à ausculter les malades. L'autre problème est relatif à l'affectation des élèves dans les lieux de stage. Certains hôpitaux n'adhèrent pas et ne comprennent pas qu'en dehors de guérir les malades, les formations sanitaires sont également des centres de formation. Donc, des responsables de certaines formations sanitaires ne sont pas toujours prompts à recevoir les stagiaires, alors qu'ils en ont le devoir.

Doit-on penser que ces personnels ne sont pas aptes à prodiguer les soins aux malades à la fin de leur formation ?

Non, au contraire. On souhaiterait simplement avoir plus d'enseignants qualifiés dans ce domaine, dans la mesure où cela fait plus de 20 ans que la formation des sages-femmes et maïeuticiens a été suspendue. Et la formation de ces élèves demande beaucoup de travail. C'est pourquoi les écoles doivent avoir le matériel nécessaire : des infrastructures conformes aux normes et par filière. Pour une école de sages-femmes, par exemple, l'école devra s'équiper en mannequins et balances. Pour ce qui est d'une école d'infirmières, il faudra entre autres les microscopes.

Quel est l'apport du ministère de la Santé publique dans tout cela ?

Le peu d'enseignants qui existe dans ces écoles de formation ont des aptitudes relatives aux techniques de formation en pédagogie par le ministère de la Santé publique. En ce qui concerne la dotation en matériel, il existe une division en charge de la constitution des équipements. Mais déjà, il faut préciser que le ministère a octroyé des subventions d'un montant de 50 millions de F à distribuer.

Cameroun

Réfugiés nigérians - Concertation sur les départs volontaires

Les autorités nigérianes et camerounaises étaient en conclave lundi dernier à Kolofata Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.