22 Avril 2017

Liberia: Un homme d'affaires néerlandais condamné pour trafic d'armes

Un homme d'affaires néerlandais, proche de l'ancien président du Liberia Charles Taylor, a été condamné par la justice de son pays. Guus Kouwenhoven a été condamné vendredi 21 avril 2017, par la justice néerlandaise, à 19 ans de prison, pour trafic d'armes et complicité de crimes de guerre en Guinée et au Liberia.

Ce marchand de bois précieux avait été condamné une première fois, en 2006, à huit ans de prison, avant d'être acquitté. L'homme d'affaires a été rattrapé par la justice de son pays, dans un procès en appel, dans le sud des Pays-Bas.

Son procès a permis de lever le voile sur la façon dont le trafic de ce qu'on appelle le « bois du sang » a servi à financer la sanglante guerre civile libérienne de 1989 à 2003.

A 74 ans, Guus Kouwenhoven ira cette fois en prison. Il vient d'être condamné, en appel, à 19 ans de prison, pour trafic d'armes et complicité de crime de guerre en Guinée et au Liberia.

La justice de son pays lui reproche d'avoir livré illégalement des armes au régime de Charles Taylor entre 2000 et 2003, en violation d'un embargo sur les armes décrété par les Nations unies.

Propriétaire des deux plus grosses concessions forestières du Liberia, dont l'une était grande comme la Belgique et représentait près de la moitié de toute la forêt libérienne, l'homme d'affaires néerlandais bénéficiait à l'époque d'un traitement de faveur et de contrats lucratifs, en échange de ses livraisons d'armes. Des armes qui ont servi, explique un communiqué du tribunal, à tuer « des citoyens sans défense durant des années ».

Un bateau quittait le pays avec du bois et ramenait régulièrement des cargaisons d'armes fabriquées en Chine, selon Global Witness. Mais l'implication dans les crimes commis par ces sociétés va plus loin encore. Elles disposaient d'une flotte de camions et d'un hélicoptère destinés à transporter du bois.

Des vidéos, visionnées lors du procès de Guus Kouwenhoven aux Pays-Bas, ont montré que ces véhicules ont servi à attaquer des civils, pour le compte des forces de Charles Taylor.

Un message envoyé à ceux qui font du commerce avec des régimes comme celui de Charles Taylor

Guus Kouwenhoven va donc rejoindre, en prison, l'ancien président libérien dont il était très proche. Charles Taylor a été condamné, lui, par la justice internationale, il y a cinq ans, à 50 ans de prison, pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre, commis dans la Sierra Leone voisine.

L'homme d'affaires a toujours nié être un ami de Charles Taylor et avoir importé des armes au Liberia. La justice considère qu'il n'a pas agi pour des motifs politiques ou idéologiques, mais juste par « appât du gain ».

Sa condamnation, expliquent les juges, est un message envoyé à ce genre d'hommes d'affaires qui font du commerce avec des régimes comme celui de Charles Taylor, pour leur dire « qu'ils peuvent se retrouver impliqués dans de graves crimes de guerre ».

Liberia

Un proche de Charles Taylor arrêté en Afrique du Sud

Guus Kouwenhoven, homme d'affaires néerlandais, est un proche de Charles Taylor, ancien président et chef… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.