25 Avril 2017

Madagascar: Gouvernement Mahafaly - Menace de motion de censure

Photo: www.assemblee-nationale.mg
Assemblée nationale au Madagascar

Un nouveau remaniement ou changement du gouvernement s'imposerait-il dans un mois ? Le HVM devra trouver un « nouveau Claudine » pour faire taire les députés qui menacent de destituer le gouvernement pendant la session parlementaire qui s'ouvrira dans une semaine.

Le Parlement se réunira en première session ordinaire à partir du mardi 02 mai prochain. A l'Assemblée nationale, les voix s'élèvent déjà suite à deux choses : affaire Claudine Razaimamonjy et remaniement du gouvernement. L'ennui judiciaire dans lequel se trouve actuellement cette femme d'affaire pro-régime bouleverse le rapport des forces à l'Assemblée nationale.

Il est d'ailleurs de notoriété publique chaque fois que le gouvernement est en difficulté à Tsimbazaza, le HVM fait toujours appel à cette milliardaire pour faire taire les députés. Une manière de faire comprendre que Claudine Razaimamonjy a « ses » députés à Tsimbazaza.

Une petite anecdote : il y avait un moment où le régime était en difficulté à l'Assemblée nationale. On a donc fait venir à Iavoloha environ 66 députés. La Première Dame les y a accueillis.

Après les discussions, et avant de quitter le Palais, cette dernière a renvoyé les députés présents à Mme Claudine Razaimamonjy auprès de qui ils devaient obtenir chacun 2 millions d'Ariary. Actuellement, de nombreux députés pro-régime sont fâchés contre la situation dans laquelle se trouve le « bailleur de fonds».

Alliance utile. Certains députés pro-HVM se disent également « choqués » par le récent remaniement gouvernemental. Un remaniement sur lequel ils n'ont pas été consultés alors qu'on est dans un régime semi-parlementaire, pour ne s'en tenir qu'à l'article 54 de la Constitution.

Des députés élus dans des circonscriptions classées zone rouge en matière d'insécurité dénoncent le limogeage du général Paza Didier (Secrétaire d'Etat à la Gendarmerie) qui a, selon eux, déployé des éléments de la gendarmerie dans les parties les plus reculées de l'île.

A l'allure où vont les choses, la première session ordinaire du Parlement qui s'ouvrira mardi prochain sera une session de toutes les éventualités. Une alliance utile entre les élus du Mapar, du TIM, du VPM-MMM et une grande partie des députés membres du groupe parlementaire HVM ne sera pas à écarter.

Déjà au sein du groupe parlementaire HVM, la fissure a été déclenchée par la défection du député élu dans le district de Lalangiana. Le HVM et le gouvernement trouveront-ils un « nouveau Claudine » pour torpiller les actions de déstabilisation à l'Assemblée nationale ?

Gouvernement de combat. Pour certains analystes politiques, il n'y a que deux issues possibles. Soit une motion de censure est votée et dans ce cas le gouvernement remet sa démission au président de la République. Soit des négociations finiraient par aboutir à un « deal » qui pourrait se traduire par la recomposition du gouvernement récemment remanié.

Dans ce second cas, le président de la République pourrait rectifier le tir à partir des observations et critiques émises sur le récent remaniement. D'après des députés pro-régime, il y a des ministres qui ne sont ni techniquement performants, ni politiquement efficaces dans leurs régions d'origine.

Quant à cette seconde catégorie de ministres, ils n'ont aucune légitimité politique au niveau de leurs régions d'origine, pour ne pas dire qu'ils ne seraient même pas élus présidents de « Fokontany » s'ils se présentent. «

Un vrai gouvernement de combat est un gouvernement qui est capable non seulement de relever le défi du redressement économique, mais aussi et surtout d'assurer la réélection du président de la République en exercice en 2018. », a affirmé un député HVM.

Madagascar

Situation tendue dans le village d'Ikongo après l'évasion

Tandis que les forces de l'ordre recherchent toujours les prisonniers en cavale, les villageois eux ont toujours soif de… Plus »

Copyright © 2017 Midi Madagasikara. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.