20 Avril 2017

Nigeria: Corruption au pays - Shell et ENI dans le viseur de la justice

Une affaire de détournement de fonds au Nigeria pourrait bientôt faire l'objet d'une procédure en Italie: l'affaire du bloc pétrolier OPL 245, dont une partie du produit de la vente a atterri dans la poche d'un ministre.

Dan Etete, ancien ministre du Pétrole dans les années 1990 et condamné en 2007 en France pour des transactions financières illégales, est mis en cause dans cette affaire. Il aurait joué un rôle controversé dans la revente de ce bloc dont les réserves sont estimées à quelque 9,3 milliards de barils. Le permis d'exploitation a été raflé en 2011 par le pétrolier anglo-néerlandais Shell et son allié italien ENI.

Pendant des années, Shell avait affirmé ne rien savoir sur le rôle de l'ancien ministre nigérian Dan Etete lors de l'achat d'un des plus grands champs pétroliers au Nigeria. Mais récemment, l'organisation écologiste britannique « Global Witness » a levé le voile en publiant des courriels confidentiels sur la transaction.

L'affaire remonte à 2011. A cette époque, Shell a payé en même temps que la compagnie pétrolière italienne ENI 1,3 milliard de dollars américains pour le permis d'exploitation du bloc pétrolier OPL 245. Le hic, c'est qu'une grande partie des paiements a atterri dans les caisses de la compagnie Malabu. Une société contrôlée par Dan Etete. Selon les enquêtes menées par le bureau du ministère public italien et Global Witness, une partie importante de l'argent transféré a été utilisée pour verser des pots de vin à des politiciens de haut rang du Nigeria et le nom de l'ancien président Goodluck Jonathan apparaît également à plusieurs reprises.

"Shell et ENI savaient..."

Sur l'affaire, Shell et ENI n'ont pas souhaité s'exprimer. Mais contrairement à Shell, ENI continue de soutenir la version de l'achat du champ pétrolier uniquement auprès des organismes gouvernementaux officiels. Dans une déclaration écrite à la Deutsche Welle, la société explique: "l'enquête indépendante commandée par ENI a confirmé la procédure d'acquisition de l'OPL 245 et n'a trouvé aucune preuve crédible de l'implication du personnel d'ENI dans des activités de corruption envers des responsables du gouvernement nigérian, ni aucune connaissance de l'existence même de telles activités par des tiers en relation avec la transaction".

Des déclarations qui laissent sceptique Barnaby Pace de Global Witness. Pour les activistes, les compagnies pétrolières ont non seulement violé la loi mais aussi trompé le peuple nigérian: "Il ne fait aucun doute que Shell comme son partenaire italien ENI savaient qu'ils payaient Dan Etete pour le bloc pétrolier. C'est horrible en termes de conséquences pour le peuple nigérian. Cinq millions de Nigérians sont actuellement confrontés à une famine. Et plus d'un milliard de dollars ont été détournés loin du peuple. Cela représente environ une fois et demie de ce que l'ONU dit être nécessaire pour faire face à la crise actuelle ".

Plusieurs pays impliqués dans l'enquête

Au total, six pays sont impliqués dans l'enquête en cours contre Shell et ENI. Plus de 100 millions de dollars ont été gelés en Suisse et au Royaume-Uni. Outre l'Italie, le Nigeria prépare une action en justice; le Parlement nigérian a mis en place une commission d'enquête. Quelques mois avant d'acheter le champ pétrolier en 2011, Shell avait accepté le paiement de 30 millions de dollars américains pour éviter une condamnation dans une autre affaire de corruption présumée au Nigeria. A cette époque, la société s'était engagée à améliorer ses contrôles internes afin de prévenir la corruption.

Nigeria

Message de condoléances de SM le Roi au Président nigérian suite à l'attentat de Mubi

Sa Majesté le Roi Mohammed VI a adressé un message de condoléances et de compassion au… Plus »

Copyright © 2017 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.